Mohamed Ouzzine suspendu de ses fonctions de ministre

Mohamed Ouzzine a été suspendu de son poste de ministre de la Jeunesse et des sports jusqu'à la fin de la Coupe du monde des clubs sur les instructions du roi Mohammed VI.

Par

Crédit : Yassine Toumi

Selon les instructions du roi Mohammed VI, le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohammed Ouzzine, se voit suspendu momentanément de ses fonctions relatives à la Coupe du monde des clubs, « dont notamment la présence au match de la finale » rapporte l’agence MAP. Et ce en attendant la fin de l’enquête sur les dysfonctionnements au sein du Complexe Prince Moulay Abdellah à Rabat, où s’est déroulée une partie de la Coupe du monde des Clubs.

Le scandale de la pelouse du complexe Moulay Abdellah, qui a été inondée le 13 décembre, aurait déclenché la colère royale. Le monarque aurait ordonné à Hosni Benslimane, commandant de la gendarmerie royale et ancien président de la Fédération royale marocaine de football, de superviser l’enquête sur la qualité de rénovation de ce complexe, afin de déterminer les réels responsables de ce fiasco. Le roi l’aurait chargé de prendre les décisions nécessaires pour sanctionner ces personnes.

Karim Akkari, le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des sports, ainsi que Mustapha Azeroual, le directeur des sports du ministère, ont tout deux été momentanément démis de leurs fonctions, dans un premier temps, par Mohamed Ouzzine, le ministre de la Jeunesse et des sports, jusqu’à la fin de l’enquête ouverte par le gouvernement.

En effet, des questions se posent. Le match qui a opposé l’équipe mexicaine de Cruz Azul aux Sydney Wanderers à Rabat, le 13 décembre, a fait couler beaucoup d’encre, mais pas pour les performances sportives. Un problème de drainage des eaux pluviales a conduit la pelouse a être inondée, rendant le terrain totalement impraticable.

La commission qui mène pour le moment l’enquête serait composée de quatre représentants du ministère de l’Intérieur et deux autres de l’inspection générale des finances qui sont en train de consulter tous les documents administratifs et financiers ayant une relation avec les travaux qui ont été réalisés dans le complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat et qui ont coûté 220 millions de dirhams.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques