Quarante pays à Marrakech pour renforcer la lutte anti-jihadiste

Quarante pays débattent les 15 et 16 décembre à Marrakech d'une série de « bonnes pratiques » destinées à mieux lutter contre la « menace grandissante » des « combattants terroristes étrangers ».

Par

Des jihadistes brandissent le drapeau de l'Etat islamique en Syrie. Crédit : AFP

Quarante pays débattent les 15 et 16 décembre à Marrakech d’une série de « bonnes pratiques » destinées à mieux lutter contre la «  menace grandissante » des «  combattants terroristes étrangers ».

«  Le phénomène des combattants étrangers n’est pas nouveau, mais il a pris des proportions importantes ces dernières années », en particulier avec l’ascension du groupe Etat islamique (EI), a estimé le secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères, Nacer Bourita,  au premier jour de cette conférence co-présidée par le Maroc et les Pays-Bas et placée sous l’égide du Global counterterrorism forum (GCTF), créé en 2011.

Il s’agit d’un «  risque réel et grandissant, auquel nous devons faire face », a ajouté l’envoyé spécial des Pays-Bas, Piet De Klerk.

Pas de réinsertion au Maroc

La conférence avait été annoncée le 3 décembre dernier, alors que le Maroc − et les autres États participant à la coalition contre l’EI en Irak et Syrie − participaient à une réunion avec le secrétaire d’État américain John Kerry.

Les quelque 120 participants entendent promouvoir une série de «  bonnes pratiques », allant d’une approche «  préventive » à la création de «  programmes de réinsertion pour les combattants terroristes étrangers rentrant dans leur pays », selon le Mémorandum de La Haye-Marrakech, adopté en septembre.

Pas de réinsertion pour le Maroc, qui se sent particulièrement concerné puisque plus de 2 000 Marocains, en comptant les binationaux, ont rejoint des groupes jihadistes. Rabat a exposé ce lundi 15 décembre son approche, qui allie la dimension «  sécuritaire » à «  la lutte contre la précarité », «  le développement humain » et la promotion de la «  tolérance et de la modération » en islam, selon M. Bourita.

Lutter contre les «  loups solitaires »

Les participants devaient aussi se pencher sur les «  loups solitaires », ces jihadistes «  capables de mener des opérations sans pour autant recevoir d’instructions de leurs chefs », a relevé le directeur du Centre marocain des études et de recherches stratégiques (CMERS), Tarik Tlaty.

Cette réunion intervient d’ailleurs en pleine prise d’otage à Sydney, où les autorités australiennes disent soupçonner un « adepte du jihadisme individuel ». L’homme armé qui retient des otages dans un café de Sydney a réclamé un drapeau de l’organisation État islamique et affirmé que quatre bombes avaient été posées en divers endroits,

A l’échelle nationale, le gouvernement marocain a adopté en septembre un projet de loi complétant sa législation antiterroriste. Il a par ailleurs lancé un nouveau dispositif de sécurité, baptisé « Hadar », après avoir évoqué une «  sérieuse menace terroriste ».

Avec AFP

article suivant

Turquie : Erdogan réélu président

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.