Des documents confidentiels de responsables marocains fuitent sur le web – Telquel.ma

Des documents confidentiels de responsables marocains fuitent sur le web

Chris_Coleman24 est un compte Twitter révélant des documents présentés comme confidentiels, qui fait sensation sur le web depuis le 3 octobre. Il vise notamment des responsables de la diplomatie marocaine et la DGED.

Par

Salaheddine Mezouar et Laurent Fabius ont été visés par les fuites de Chris Coleman. Crédit: AFP
Salaheddine Mezouar et Laurent Fabius ont été visés par les fuites de Chris Coleman. Crédit: AFP

Simple imposteur ou véritable informateur ? C’est la question que le web se pose suite aux publications d’un dénommé Chris Coleman qui prétend détenir des informations confidentielles concernant des responsables marocains et les activités des services de renseignements du royaume. Coleman vise également des journalistes qu’il estime être à la solde de l’État marocain, qui leur commanderait des articles visant à dénigrer l’Algérie.

Les documents contenant ces données sont disponibles sur plusieurs plateformes de stockage en ligne comme Mediafire ou Dropbox. Coleman dispose également d’un compte Twitter (@chris_coleman24), créé le 3 octobre, à l’aide duquel il publie tous ces documents.

Pour rappel, Chris Coleman est à l’origine de la publication de la lettre supposément envoyée par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius,  à son homologue marocain  Salaheddine Mezouar qui ferait office de réponse à une demande personelle du chef du RNI. Un courrier qui serait faux, selon une source au sein du ministère des Affaires étrangères marocain qui affirme qu' »elle ne respecte aucun code des courriers officiels entre les deux ministères« . Selon nos confrères de Medias24, ces documents ont également été transmis à une liste de diffusion incluant de nombreux journalistes.

La diplomatie marocaine dans la ligne de mire

Salaheddine Mezouar figure parmi les principaux responsables visés par Chris Coleman. Le secrétaire général du Rassemblement national des indépendants est accusé de « trafic d’influence » car il aurait «  engagé la société McKinsey pour réaliser une étude destinée à relancer l’économie marocaine ». Le cabinet de conseil américain emploie, selon Coleman, la fille du responsable de la diplomatie marocaine, ce qui permettrait « des versements de commission » pour une étude qui « coûtera certainement aux contribuables marocains des millions de dollars ». Des accusations graves, qui ne sont étayées par aucune preuve.

La ministre déléguée aux Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, est également dans la ligne de mire de Chris Coleman. Dans le cas de Bouaida, ce sont principalement des informations concernant sa vie privée qui sont dévoilées. Le hacker n’a aucun égard pour le respect de la vie privée de la ministre. Ainsi, plusieurs photos de son mariage ont été mises en lignes sur Dropbox.  Selon une source proche de Mbarka Bouaida, « la ministre a déposé une plainte contre X pour piratage d’adresse électronique, atteinte à la vie privée et diffusion de propos mensongers ».

La DGED dans le viseur

La DGED (Direction générale des études et de la documentation) fait partie des institutions visées par Coleman. Ce dernier accuse le service dirigé par Yassine Mansouri de collaborer avec les services secrets israéliens. Une délégation du Mossad serait venue au Maroc sur invitation de la DGED. En guise de preuve, Coleman s’est contenté de publier deux copies de passeports israéliens sur lesquels n’apparaît aucune trace de visite au Maroc.

Un compte pro-Polisario ?

Le compte Twitter de Chris Coleman est-il un outil pro-Polisario pour dénigrer le Maroc ? Il contient en tout cas plusieurs références au discours du Polisario. Ce dernier a publié des textes dans lequel il accuse le Maroc de « pillage de ressources naturelles du Sahara  » et précise « qu’il [le Maroc, ndlr] livre gracieusement des phosphates à plusieurs pays de la Caraïbe et du Pacifiqueen (sic), en échange d’un soutien sur le dossier du Sahara Occidental ».

Il accuse également le royaume de piller le pétrole et s’appuie sur des documents de la compagnie américaine Kosmos Energy pour étayer son argument. Les forages de Kosmos Energy sont pourtant connus car la compagnie américaine avait envoyé des déclarations de principe à l’ONU concernant ces forages. A noter que la majorité des comptes Twitter auxquels Chris Coleman est abonné sont reliés au « Sahara occidental ». Pour l’instant, aucune personnalité concernée par les révélations de Chris Coleman n’a réagi à la publication de ces documents.

article suivant

Migration, coopération, Mondial 2030… ce qu'il faut retenir de la première visite de Pedro Sanchez au Maroc

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.