Enquête: Les Marocains et les appareils numériques

Réalisée auprès d’un échantillon de 2 500 Marocains connectés en milieu urbain, une enquête menée par Averty, site de sondage d’opinion en ligne pour Intel Maroc, met la lumière sur le comportement digital des Marocains.

Par

Crédit : DR

Réalisée auprès d’un échantillon de 2 500 Marocains connectés en milieu urbain, une enquête menée par Averty, site de sondage d’opinion en ligne pour Intel Maroc, met la lumière sur le comportement digital des Marocains.

« Nous savons que le Marocain est avide de technologie, qu’il refuse de se mettre en marge des dernières nouveautés », déclare Karim Bibi Triki, directeur général d’Intel Afrique du Nord, avant de poursuivre : « C’est dans cette perspective que nous avons cherché à savoir comment l’utilisateur consomme les nouvelles technologies en 2014 ». Durant les trois dernières années, le leader des processeurs et composants électroniques a multiplié par cinq ses investissements au Maroc, une raison majeure pour mieux cerner le marché marocain.

La tablette toujours en second plan

Les résultats de l’enquête mettent la lumière sur des points révélateurs du rapport de l’utilisateur avec les appareils informatiques, mais révèlent aussi des freins causés par un parc numérique passé de date ou l’indisponibilité d’un outil connecté personnel. En effet, sur les 2500 personnes sondées, 16% n’ont ni smartphone, ni tablette ni ordinateur personnel et se contentent de se connecter sur leur lieu de travail ou dans les cybercafés. Pour la majorité qui dispose d’un appareil connecté, le smartphone arrive en tête et la tablette peine encore à séduire le marché marocain. L’ordinateur portable garde donc une place de choix et la tablette est toujours perçue comme un outil additionnel plutôt qu’un substitut qui pourrait remplacer le PC.

Aussi, 67% déclarent être encombrés d’un parc numérique passé de date qui «représente un réel frein lors de l’utilisation quotidienne» : manque de performance, impossibilité d’assurer un divertissement fluide mais aussi une « limitation de la créativité de l’utilisateur» qui désirerait avoir accès à plus des fonctionnalités. Sur ce point, plusieurs préoccupations mettent d’accord l’échantillon sondé, parmi elles, l’autonomie, la protection des données stockées et l’augmentation de la productivité.

Les outils 2 en 1 méconnus du public

Le sondage permet aussi de réaliser que l’ordinateur de bureau tendrait à disparaître au profit d’appareils portables dans un désir de mobilité constant, le réservant quasi-uniquement aux lieux de travail. En effet, seulement 14% des personnes qui n’ont pas d’appareil personnel désirent acheter un PC de bureau. L’enquête révèle aussi qu’il y a un manque à gagner sur de nouveaux formats qui essaient de s’affirmer sur le marché mais peinent encore à attiser l’engouement des clients. Les appareils « All in One », ou 2 en 1 sont des formats alternatifs qui réunissent le côté léger de la tablette mais peuvent être munis d’un clavier pour se transformer facilement en notebooks afin de réaliser des tâches plus pointues. «Un format qui devrait être présenté différemment en magasin, afin de mettre en avant son côté pratique», explique Jihane Ghazali, RP marketing d’Intel Maroc.