A Casablanca, une police de la propreté est en projet

La ville de Casablanca va constituer une police spéciale chargée de veiller au respect de la propreté de la métropole. Les élus espèrent ainsi résoudre le problème d’insalubrité publique.

Par

Des ordures débordant de poubelles sur un trottoir de Casablanca.
Le Conseil de la ville de Casablanca a décidé de mettre en place une équipe spéciale avec pour mission « de lutter contre l’insalubrité de la ville ». Crédit : Ramo / Flickr

Casablanca connaît depuis des années des problèmes liés à la gestion des déchets. Après avoir mis en demeure Sita et Averda, les entreprises chargées de l’assainissement, les élus de la ville se tournent vers la population elle-même, et mettent en place une équipe de police spéciale. Cette dernière aura pour mission « de lutter contre l’insalubrité de la ville mais aussi les nuisances sonores et de préserver les espaces naturels », explique à Telquel.ma Houda Chichaoui, chef de la division de la gestion des déchets solides au Conseil de la ville. L’objectif est « d’inciter la population à se comporter de façon responsable face au problème d’insalubrité », ajoute-t-elle. Un arrêté municipal vient d’être approuvé dans ce sens par le Conseil de la ville, et « il ne manque plus que l’approbation des autorités de tutelle pour démarrer les activités » indique-t-elle. Selon elle, cette procédure devrait se faire d’ici mi-septembre.

Le conseil ne s’est pas encore prononcé sur l’appellation exacte de l’unité qui sera chargée du service de propreté. Selon la responsable, le choix se fera entre les dénominations « police de la propreté » ou « police de l’environnement ».

Sensibiliser d’abord et sévir ensuite

Cette police sera composée de plusieurs brigades. Ces dernières, composées de quatre agents chacune, seront déployées dans toute la ville à raison de 2 à 3 brigades par arrondissement.

Dans une première de 6 mois minimum, ces « agents assermentés » auront pour mission dans une première phase de « sensibiliser les habitants » sur le contenu de l’arrêté communal. Cette phase devrait durer 6 mois ou plus et se fera en partenariat avec des sociétés délégataires de gestion des déchets de ville. Dans un second temps, les agents commenceront à sévir contre toutes les infractions.

Des sanctions allant de 500 à 10 000 dirhams

Des sanctions pécuniaires sont prévues pour tout contrevenant à la loi. Elles vont de 500 à 10 000 dirhams d’amende conformément à la loi 28-00 sur les déchets. Les sanctions seront prises à l’encontre de toute personne qui ne respecte pas la propreté des voies publiques, qui vandalise les corbeilles et conteneurs à déchets, qui urine, défèque ou crache dans les lieux publics.

Idem pour les entreprises responsables de dépôt de déchets interdits (déchets médicaux et pharmaceutiques) dans des endroits non-autorisés, ou de stockages de déchets sur la voie publique ou sur des terrains privés. Aussi tout véhicule qui aura servi à déverser des déchets dans des emplacements interdits sera mis à la fourrière.

article suivant

Le pape François bientôt en visite officielle au Maroc ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.