Effondrement à Casablanca: qui sont les responsables ?

Effondrement à Casablanca: qui sont les responsables ?

Quatre jours après l’effondrement des trois immeubles à Casablanca, des questions subsistent. Qui sont les responsables du drame ?

Par

Les lieux du "drame de Bourgogne".
Les décombres des immeubles effondrés, à Casablanca. Crédit : Yassine Toumi

La justice a lancé une procédure pour déterminer les responsables du drame. Selon le quotidien arabophone Sahifat Annass, un juge d’instruction auditionne plusieurs responsables de la wilaya et du Conseil de la ville. Parmi eux, Mohammed Sajid, président du conseil de la ville et Yasmina Baddou, présidente de l’arrondissement d’Anfa.

Au début de la catastrophe, les premières informations qui avaient pu fuiter faisaient état de travaux de rénovation effectués au rez-de-chaussée d’un des trois immeubles. Le maçon aurait touché un des piliers des fondations, ce qui aurait fini par faire céder tout le bâtiment, entraînant avec lui les deux autres immeubles. Mais la responsabilité des dégâts ne peut être imputé au maçon uniquement.

La construction même de ces bâtiments pose problème. Lorsque ces blocs d’habitations ont été construits dans le quartier Bourgogne dans les années 1960, ils ne devaient pas dépasser un seul étage, et dans le cas où cela pouvait être possible, c’était sous condition de tout démolir pour reconstruire de nouveau. Sauf que les habitants des immeubles en question ont pu outrepasser ces réserves en obtenant des autorisations leur permettant de construire jusqu’à 5 étages. « Les rajouts d’étages se font via des particuliers et non des entreprises », explique Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat. D’où la difficulté pour le ministère de tutelle d’exercer un contrôle, au niveau des normes, sur ces constructions informelles. « D’ailleurs, en plus des normes, il manque également le plan d’aménagement, d’études et d’architecture », étaye le ministre.

Les propriétaires des habitations ont besoin d’autorisations du Conseil de la ville pour rajouter d’autres étages. Selon les textes, le président du Conseil de la ville est directement responsable. L’article 50 précise qu’« il délivre les autorisations de construction, de lotissement et de morcellement, les permis d’habiter, les certificats de conformité […] il contrôle les édifices abandonnés, désertés ou menaçant ruine, et prend les mesures nécessaires à leur rénovation ou leur démolition ».

Les auditions à venir pourront fournir des éléments supplémentaires quant aux responsabilités derrière la catastrophe des trois immeubles dans le quartier Bourgogne.

article suivant

Gaid Salah: Sortir de la Constitution, c'est "détruire" les fondements de l'Etat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.