Pas d'excuses de Felipe VI au Maroc pour les crimes du Rif

Même si le parti écologiste espagnol demande à Felipe VI d'adresser ses excuses au Maroc pour les bombardements du Rif, aucun sujet épineux ne sera abordé lors de sa visite.

Par

Felipe VI, roi d'Espagne, en visite officielle au Maroc.
Felipe VI, le nouveau monarque espagnol. Photo d'archive. Crédit : Yassine Toumi

Le nouveau souverain espagnol arrive en visite officielle les 14 et 15 juillet. A cette occasion, Los Verdes, parti écologiste espagnol, lui réclame de demander pardon au Maroc pour les massacres perpétrés par son arrière-grand-père Alfonso XIII dans le Rif. Entre 1921 et 1927, l’armée espagnole avait utilisé des armes chimiques pour écraser la rébellion.

Dans un communiqué, le parti explique que Felipe VI devrait adresser ses excuses « au nom de l’Espagne et au nom de sa famille ». Cette reconnaissance permettrait au roi d’obtenir « le respect et l’admiration non seulement des Marocains mais aussi de beaucoup d’Espagnols qui ne s’identifient pas à cette armée capable de telles atrocités. » Le parti ajoute : « Si ce n’est pas pour des actions de ce type, les Verts ne comprennent pas la comédie de ces visites .»

Aucun sujet brûlant ne devrait être abordé

Mais comme le rappelle le journaliste espagnol Ignacio Cembrero contacté par Telquel.ma, « en Espagne, le roi règne mais ne gouverne pas. Il s’agit d’une visite protocolaire donc les sujets importants ne seront pas abordés. » Alors d’après lui, Felipe VI ne présentera certainement pas ses excuses. D’autant plus que les relations entre les deux pays « n’ont jamais été aussi bonnes depuis la décolonisation. »

D’après I. Cembrero, le souverain espagnol n’évoquera donc pas non plus le sujet des droits de l’Homme, contrairement à ce que lui a demandé Amnesty International la semaine dernière. « Cette lettre a eu très peu d’échos en Espagne » , explique le journaliste. Et de conclure : « Ce qui intéresse surtout les autorités espagnoles, ce sont la stabilité au Maroc et la consolidation des liens. »

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger