Sahara. Les méthodes de l'Algérie sont «minables», selon Mezouar

Le ministre des Affaires étrangères,  Salaheddine Mezouar, a fustigé jeudi l'attitude « minable » de l'Algérie sur le dossier du Sahara, l'accusant d'être derrière la récente désignation d'un envoyé spécial de l'Union africaine (UA) pour ce territoire.

Par

Salaheddine Mezoua
Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères. Crédit : DR

Le ministre des Affaires étrangères,  Salaheddine Mezouar, a fustigé jeudi l’attitude « minable » de l’Algérie sur le dossier du Sahara, l’accusant d’être derrière la récente désignation d’un envoyé spécial de l’Union africaine (UA) pour ce territoire.

« L’Algérie utilise tous les moyens financiers et logistiques pour contrecarrer les efforts du Maroc visant à trouver une résolution » à cette  question, a déclaré M. Mezouar lors d’une audition publique devant une commission parlementaire. « La dernière chose a été (la désignation de) cet envoyé spécial de l’Union africaine. (…) Quand on voit les tentatives du régime algérien pour contrer nos efforts, nous constatons que les méthodes utilisées sont vraiment minables», a-t-il enchaîné, ajoutant : « Notre conflit aujourd’hui n’est pas avec le Polisario mais avec l’Algérie ».

Le Maroc a vivement protesté le 1er juillet contre la nomination par l’UA d’un envoyé spécial pour le Sahara en la personne de l’ancien président mozambicain Joaquim Chissano, rejetant « totalement » cette initiative. Le Maroc s’est retiré de l’UA (alors OUA, ndlr) en 1984 pour protester contre la reconnaissance par l’instance panafricaine de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), et ne l’a pas réintégrée depuis.

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité