L'adolescent palestinien passé à tabac livre sa version

Dans un entretien, l’adolescent palestinien battu par les soldats israéliens raconte son arrestation et sa détention. 

Par

Crédit : AFP

Tarek Abou Khdeir, le jeune américano-palestinien arrêté par les forces de police israéliennes et qui affirme avoir été passé à tabac raconte son calvaire au Washington Post. Il aurait reçu plusieurs coups de poing en marge d’une manifestation qui a suivi l’annonce de la mort de son cousin, Mohamed Abou Khdeir. Son interpellation a fait l’objet d’une vidéo amateur, publiée par The Guardian mais qualifiée par la police israélienne d’enregistrement «modifié et biaisé ».

Crédit: Addameer/MaanImages

Crédit : Addameer / MaanImages

Pas de visite familiale

« J’étais simplement en train de regarder (la manifestation) avant d’être poursuivi par des soldats sans aucune raison », raconte l’adolescent. Après cette poursuite, le jeune a été « plaqué au sol puis frappé » jusqu’à perdre conscience. Tarek s’est ensuite réveillé à l’hôpital seulement une demi-journée avant d’être incarcéré.

Son séjour en prison a duré trois jours : « je suis resté dans ma cellule. J’ai mangé, j’ai bu et j’ai pris mes médicaments », explique-t-il, sobrement. Durant sa détention, Tarek n’était pas autorisé à recevoir la visite de ses parents. La seule personne qui a pu rendre visite au jeune détenu est un membre du personnel du consulat américain.  A l’issue de sa période d’emprisonnement, il a été emmené au tribunal. La justice israélienne l’a condamné à 9 jours d’assignation à résidence.

L’attention des médias de la planète

L’arrestation et la détention ont suscité la colère de sa mère, Suha Abou Khdeir, qui « envisage une action en justice » afin de dénoncer un geste « inhumain ». Elle reconnaît que la nationalité américaine de son fils lui a permis d’attirer « l’attention des médias et de toute la planète » tandis que « les Palestiniens subissent le même traitement tous les jours » et « n’ont pas l’opportunité d’en parler».

Le cousin de Tarek, Mohamed, avait été kidnappé et immolé, la semaine dernière. Des suspects, qui appartiendraient à des mouvements d’extrême droite israéliens, ont été arrêtés par les forces de l’ordre israéliennes.

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total