Le Maroc est toujours en «danger de défaillance»

L’organisme américain Fund for peace (FFP) vient de publier son rapport 2014 sur les Etats fragiles. Le Maroc est 92e sur 178 pays.

Par

Crédit: FFP

L’index des États en déliquescence est un classement annuel de 178 pays, établi par le Fund for peace (FFP) en fonction du degré de stabilité et des pressions auxquelles sont soumis les États. Selon la dernière livraison du rapport, le Maroc est « en danger de défaillance »high warning »). Le royaume se retrouve dans la même catégorie que des pays comme la Turquie, l’Arabie Saoudite ou encore l’Algérie et la Tunisie. D’autres pays arabes, tels que les Émirats arabes unis et le Qatar s’en sortent mieux et sont classés « stables ». Le FFP dispose d’une palette de classement très large qui va de « pays en situation critique de défaillance » (« very hight alert ») à « pays en situation très stable » (« very sustainable »).

Un bon dispositif sécuritaire

Pour établir son classement, le Fund for peace s’est basé sur 12 indices sociaux, économiques et politiques. En accumulant tous ces indices, le Maroc a obtenu la note de 74,4 sur 120. Pour ce qui est de l’indice concernant la « légitimité de l’État », qui concerne le degré d’oppression et de corruption de la classe gouvernante, l’absence de transparence et le manque de confiance dans les institutions gouvernementales, le Maroc a obtenu une note de 6,6 sur 10. Pour ce qui est du dispositif sécuritaire, le Maroc obtient une note de 6 sur 10. Un résultat qui, selon, le FFP est satisfaisant et « démontre une bonne organisation et interaction entre les différentes services sécuritaires du royaume permettant ainsi de garder la stabilité au sein du pays ».

Les services publics : peut mieux faire

En revanche, Le Maroc accuse un certain retard en ce qui concerne « les services publics pour la protection des citoyens, la santé et l’éducation pour tous ». En effet, le Fund for peace note le royaume 5,9 sur 10. Un échec également constaté en matière d’indice des pressions démographiques (mauvaise répartition des habitants et violences sociales). Le Maroc accuse une note de 5,7 sur 10. En matière de violation des droits de l’Homme et de la non-application de la loi, une note de 6,5 sur 10 est attribuée au pays. Globalement, ces notes restent moyennes et placent le Maroc au centre du tableau. Le royaume améliore même son classement, d’un point en comparaison avec l’année 2013 (93e) et de 7 points comparé à 2012 (99e).

morocco-ffp

Evolution de la note du Maroc dans l’idex FFP. Plus la note est basse, meilleurs sont les indicateurs. Crédit: FFP

Un classement sérieux mais controversé

Le Fund for peace (FFP) est une ONG américaine de recherche qui œuvre pour la prévention des conflits violents et qui promeut la sécurité. Son enquête annuelle est scrutée par les décideurs économiques dans le monde qui la considèrent comme un des baromètres pour l’investissement. Le rapport 2014 classe le Soudan comme étant le pays le moins sûr, tandis que la Finlande continue de figurer en haut du tableau, comme étant le pays le plus stable du monde.

A signaler que la notion d’« État en déliquescence » est controversée, car elle découle d’une conception politique. Elle est apparue en 1990, suite à la chute de l’empire soviétique. Elle est adoptée par des théoriciens de la géopolitique qui considèrent que les États sont plus souvent confrontés à des guerres civiles plutôt qu’aux guerres conventionnelles, justifiant par là l’interventionnisme de la communauté internationale dans les affaires internes de pays jugés déficients.

article suivant

Essaouira mise sur une relance créative et volontariste