La vie après la mort

A quoi ressemble le paradis ?
Les supplices de l’enfer sont-ils éternels ? Les houris sont-elles de sublimes créatures ou juste une métaphore coranique ?
Comment Dieu va-t-il se manifester aux gens du paradis ? 
Des questions qui ont de tout temps nourri l’imaginaire des musulmans et alimenté des débats passionnés entre les théologiens.

Rabia Al Adaouia, la grande mystique musulmane, traversait un jour les rues d’Al Basra, en Irak, portant un seau rempli d’eau dans sa main droite et un brasier dans sa main gauche. Intrigués, des passants ont demandé à Rabia ce qu’elle comptait faire de l’eau et du feu qu’elle portait. La mystique irakienne a répondu : “Je monte au ciel, pour mettre le feu au paradis, éteindre l’enfer et faire disparaître les deux. Ainsi les gens vont adorer Dieu et le vénérer sans peur d’un châtiment ou l’attente d’une quelconque récompense”. 

Pour Rabia Al Adaouia, croire en Dieu et l’aimer ne devait pas être un acte intéressé, un rapport basé sur la crainte, la peur des tourments de l’enfer ou…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés