Partis. Al Oumma non grata

Par

Les leaders du parti non autorisé Al Oumma ne voient pas encore le bout du tunnel. La formation politique, dirigée par Mohamed Merouani, ex-détenu dans l’affaire Belliraj, vient de rendre public un communiqué où le parti s’offusque de la décision du ministère de l’Intérieur de transmettre, pour la deuxième fois, le dossier de constitution au tribunal administratif. Pour les responsables d’Al Oumma, la décision du ministère de l’Intérieur est “une entrave flagrante à la constitution du parti”, peut-on lire sur le communiqué daté du 3 juin. Pour rappel, le premier responsable du parti, Mohamed Merouani avait été gracié par le roi en avril 2011, grâce à la pression exercée par les manifestants du 20 février et la médiation du CNDH.

article suivant

Affaire Benalla : l'Intérieur charge les services de Macron

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.