Syrie. Meurtres d’enfants

Par

Depuis le début du cessez-le-feu, le 12 avril, les violences ont fait plus de 1 800 victimes en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Le week-end dernier, un énième massacre a eu lieu, dans la ville de Houla : il a fait 108 victimes, dont 49 enfants. Un carnage d’une ampleur médiatique telle que même la Chine et la Russie, les deux plus importants soutiens de Damas, ont accepté de s’associer aux autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU pour condamner les “bombardements par les chars et l’artillerie gouvernementale” d’un quartier résidentiel de Houla. Toutefois, le texte adopté ne précisait pas si ce pilonnage avait causé le carnage… Le 29 mai, un porte-parole du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a déclaré que “moins de 20 des 108 assassinats peuvent être attribués à des tirs d’artillerie et de chars”, et que “la plupart des autres victimes (…) ont été sommairement exécutées”, selon des témoignages d’habitants, par des “chabbiha” –les miliciens pro-régime. Damas a de son côté nié l’implication de ses troupes. 

article suivant

Les trois piliers du PLF rectificative 2020