Maroc

Charafat Afailal assure que l’eau du barrage près de Rabat "ne présente aucun danger"

Charafat Afilal © Yassine Toumi
Charafat Afailal assure que l’eau du barrage près de Rabat "ne présente aucun danger"
janvier 30
18:38 2018
Partager

La secrétaire de l'État chargée de l'eau est catégorique: l'eau provenant du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah, près de Rabat, est potable. Elle l'a assuré devant les parlementaires une nouvelle fois lundi.

Par Rida Ançari et Zineb El Mountassir

L'eau du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah, qui alimente Rabat et les régions environnantes, est potable, nous assure Charafat Afailal, secrétaire de l'État chargée de l'eau, après son audition devant la commission parlementaire de l'environnement ce lundi.

La secrétaire d'État était convoquée devant la commission présidée par Said Tadlaoui (Mouvement populaire) après le déversement des eaux usées en provenance des stations d'épuration des pénitenciers d'Arjat I et II construits récemment pour remplacer la prison Zaki de Salé.

Les eaux usées ont atteint le barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah, suscitant ainsi les inquiétudes de citoyens et d'acteurs associatifs. "Nous nous sommes rendus sur place. Et nous avons constaté, comme cela a été relayé par les médias, qu'effectivement, les eaux usées proviennent des stations d'épuration", nous déclare Hafida Bensaleh, militante pour la protection de l'environnement.

"Il n'y a pas que les stations d'épuration qui font défaut. Il existe plusieurs sources de pollution qui constituent un véritable danger pour les citoyens qui habitent tout près du barrage", poursuit notre interlocutrice.

Alors que le déversement des eaux usées a été confirmé, une réunion d'urgence a été organisée la semaine passée en présence de Charafat Afailal, Abdessamad Sekkal, président de la région de Rabat-Salé-Kénitra, Lakbir Sofi, directeur régional de la délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), et Abdelaziz Zerouali, directeur de l'Agence du bassin hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia. Objectif de la rencontre: trouver des solutions et éviter la contamination des eaux.

Lors de cette rencontre, il a été décidé de lancer en urgence des travaux d'extension des deux stations d'épuration, à l'origine des déversements. Il se trouve en effet que ces dernières ne sont pas en mesure de traiter l'excédent des eaux usées estimé à 0,2 million m3 par an. La capacité de retenue du barrage de Sidi Mohamed Benabdellah est de 706 millions m3.

"L'eau est potable"

"Nous avons présenté, hier au parlement, les résultats des analyses, menées par un laboratoire agréé par l'Organisation mondiale de la Santé", explique Charafat Afailal. "Il n'y a absolument aucun risque. L'eau est potable et ne présente aucun danger sur la santé des citoyens", a-t-elle affirmé, disant ne rien comprendre à "tout cet emballement".

Une source au sein du service chargé du contrôle de la qualité de l'eau de l'Office national de l'eau et de l'électricité, nous confirme que les tests effectués n'ont relevé aucune anomalie.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss