Economie

Les comptes de l'ONEE dans le vert

Ali Fassi Fihri, DG de l'ONEE. Crédit: DR
Les comptes de l'ONEE dans le vert
mai 25
18:30 2017
Partager

Le Comité de pilotage du contrat-programme entre l’État et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) s'est réuni sous la présidence de Saad Eddine El Othmani. L'office a réalisé 82% de ses engagements.

L'Office national de l’électricité et de l'eau potable (ONEE) revient de loin. L'office public qui a signé en 2014 un contrat-programme avec l’État en a fait le bilan, ce mercredi 24 mai, sous la présidence du chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, rapporte l'agence MAP.

La réunion a été consacrée à la discussion du rapport élaboré par le comité de suivi et d’évaluation du contrat-programme et à l’évaluation de la mise en œuvre des engagements des différentes parties concernées. Elle intervient à quelques mois de l'expiration dudit contrat. Il en ressort que l'office public a respecté ses engagements à hauteur de 82%.

Dans le détail, l'ONEE a pu réaliser un investissement de l’ordre de 29 milliards de dirhams, dont 15,7 milliards consacrés au secteur de l’électricité pour un taux de réalisation de 68% des objectifs du contrat-programme, selon un communiqué de la primature.

Pour le secteur de l’eau et de l’assainissement liquide, 13,1 milliards de dirhams ont été investis avec un taux de réalisation de 82% des objectifs du contrat, et ce malgré des obstacles liés principalement au foncier, précise le communiqué. Parmi les engagements de l'ONEE dans le contrat-programme figurait la généralisation de l’adduction en eau potable en milieu rural. Un objectif atteint à 96%, alors que le taux de couverture du réseau d’électricité a dépassé 99,4%.

Ceci dit, le chef du gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de rattraper le retard enregistré dans la mise en œuvre de certains engagements énoncés dans le contrat-programme. Saad Eddine El Othmani a appelé à accélérer la cadence d’intégration des structures de l’Office. Il a aussi exhorté à la rationalisation des dépenses, et à combler le retard enregistré dans la mise en œuvre de son programme d’investissement.

Sur le volet financier, l'ONEE s'en sort avec une meilleure santé financière. L'Office a réussi à épargner 3 milliards de dirhams entre 2014 et 2016. L'ONEE a également amélioré le produit net qui est passé d’un déficit de 2,8 milliards fin 2013 à un bénéfice de l’ordre de 790 millions dirhams.

On annonce également une capacité de financement propre deux fois plus importante. Elle est ainsi passée de 4,2 milliards fin 2013, à 8,8 milliards de dirhams fin 2016, "ce qui démontre que le contrat-programme a eu un grand rôle dans le rétablissement de la santé financière de cet établissement stratégique", souligne le chef du gouvernement.

Le soutien financier financier de l'État à l'Office est estimé à 6,3 milliards de dirhams, dont 1,8 milliard de dirhams accordés comme soutien forfaitaire sur le fuel. L'État a également augmenté les fonds propres de l'établissement de 2 milliards de dirhams et a procédé à la liquidation de 2,5 milliards de dirhams au titre de la taxe sur la valeur ajoutée.

À quelques mois de la fin de ce contrat-programme, le chef du gouvernement a ainsi appelé toutes les parties "à élaborer un deuxième contrat-programme de nature à prémunir les acquis réalisés et à garantir la poursuite de la dynamique de réforme de l’Office et la mise en place d’un plan d’investissement stratégique clair".

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss