Culture

Rabat, capitale arty du Maroc durant un mois

Tracing Morocco, Hendrik Beikirch, Brooklyn. © Leanna Valente
Rabat, capitale arty du Maroc durant un mois
mars 06
13:59 2017
Partager

Durant un mois, Rabat deviendra la ville la plus arty du Maroc. Voici un avant-goût de la programmation de "L’Afrique en Capitale" qui se tient 28 mars au 28 avril.

Concerts, expositions, projections, conférences... Durant un mois, Rabat sera la capitale de la culture au Maroc. "L’Afrique en Capitale", qui se tient du 28 mars au 28 avril à l'initiative de la Fondation des musées, réunira des artistes et des penseurs pluridisciplinaires dans différents lieux de la capitale. "Il y a une véritable volonté politique de faire de Rabat une capitale culturelle africaine. Un tel évènement est important pour donner échos à la création africaine contemporaine dans la continuité du débat autour de la politique marocaine en Afrique", nous explique Brahim Mazned, coordinateur général de l'évènement. Même les transports en commun se mettront aux couleurs de la manifestation. Des artistes vont ainsi habiller le tramway et le train reliant Rabat et Kénitra. Voici un avant-goût, des évènements à ne pas manquer au cours de ce mois essentiellement axé sur l’art contemporain et le street art.

Jokko de la hayha

Le super band réunit Mehdi Nassouli au guembri, Foulane Bouhssine au rebab, le grand musicien ivoirien Aly Keita au balafon, le bassiste mozambicain Childo Tomas et le batteur sénégalais Sega Seck. La musique du groupe Jokko (qui signifie partage en wolof) est un mix de musique gnawa avec des influences sonores d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, chantant ainsi l’amour et les louanges à Allah.

28 mars à 19h30 au Théâtre national Mohammed V

Konaté, le tisseur

C’est un des artistes maliens les plus en vogue de la scène contemporaine. Abdoulay Konaté exposera ses sculptures et installations puisant dans une tradition ancestrale de tissage à l’espace Expressions CDG. Les œuvres de cet artiste, qui s’est lié d’amitié avec les peintres modernes Mohamed Kacimi et Farid Belkahia, seront aussi exposées à la galerie 38 de Casablanca.

À partir du 28 mars à l’espace Expressions CDG.

Le papillon bleu, 2016. © DR

Le papillon bleu, 2016. © DR

Kouka et Chehate : du Congo à la Tunisie

"Présence Commune" est une exposition croisée du jeune artiste franco-congolais Kouka Ntadi et du photographe tunisien Wahid Chehata. Le premier reprend dans son travail des figures de guerriers bantous, alors que le deuxième immortalise ses sujets dans de puissants portraits.

À partir du 28 mars au Musée Mohammed VI d’Art moderne et contemporain

Fresque réalisée par Kouka à Azemmour en 2013. © DR

Fresque réalisée par Kouka à Azemmour en 2013. © DR

Hommage à Senghor le grand.

Par ailleurs, le Musée Mohammed VI d’Art moderne et contemporain (MMVI) rendra un hommage à une grande figure politique et culturelle de l’Afrique, en la personne de Léopold Sédar Senghor. Premier président de la République du Sénégal, poète de renom, et un des penseurs du mouvement de la négritude.

À 20 avril au Musée Mohammed VI d’Art moderne et contemporain.

Parcours de street art

Après le succès du festival Jidar qui a valu à la ville d’être citée parmi les meilleures métropoles du street art, "Afrique Capitales" propose un parcours d’art de rue avec cinq fresques (façades de la CDG, du MMVI, la bibliothèque nationale et la tour des sapeurs pompiers) réalisées par l’artiste ivoirien Mederic Turay, le Marocain Tarek Benaoum, l’Allemand Hendrik Beikirch et Abdelone.

Tracing Morocco, de Hendrik Beikirch. © DR

Tracing Morocco, de Hendrik Beikirch. © DR

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss
Publicité



×