Maroc

Imaan Hammam, premier mannequin marocain chez Victoria's secret

Crédit : Imaan Hammam/Instagram
Imaan Hammam, premier mannequin marocain chez Victoria's secret
mars 04
11:01 2016
Partager

Hollandaise d'origine marocaine et égyptienne, Imaam Hammam a conquis le monde de la mode. Zoom sur un mannequin en vogue.

Perchée sur d'impressionnantes cuissardes imprimé léopard, Imaan Hammam participe pour la première fois au défilé de la marque américaine de lingerie Victoria's Secret. Une première également côté casting pour le show, qui n'avait jamais compté de mannequins arabes avant ce 2 décembre 2014. Depuis, la jeune hollandaise de 19 ans, dont la mère est marocaine et le père égyptien, a posé aux côtés des top models Cara Delevingne et Karlie Kloss sur la très prestigieuse couverture de septembre 2015 de Vogue et défile pour Givenchy, Burberry et Tommy Hifilger. « Un bon mannequin doit observer les autres et apprendre d'eux, mais qui doit aussi avoir son propre truc : une qualité, un esprit, une posture, un air, un mouvement capable de séduire le photographe », annonce-t-elle dans une interview pour Vogue en 2015.

Découverte il y a six ans dans la gare d'Amsterdam-Central par un agent de mannequin, Imaan Hammam se targue « d'être la même partout où (elle) se trouve ». Démonstration en motion avec le film court réalisé par le réalisateur hollandais Mick de Lint sur son (jeune) parcours.

Dans les rues de Casa - elle joue au foot avec un maillot du Raja -, entourée de sa famille pour le thé ou sur un shooting à Paris, le modèle se livre avec le même naturel. « Ma grand-mère a grandi dans le Sahara. A 15 ans, elle est allée vivre à Casablanca », confie-t-elle. Entourée de sa famille et de ses amis dans les rues de la médina, elle évoque son rapport à la religion : « Le lien familial, communautaire, l'égalité entre les gens, vivre ensemble, manger ensemble, le partage... c'est ce que j'aime le plus dans l'islam ».

Où sont passés les mannequins arabes ?

Imaan Hammam fait partie du club très restreint des mannequins arabes qui ont du succès. « Où sont les mannequins arabes ? », se sont interrogés nos confrères de L'Express.fr le mois dernier. Selon l'auteur, « [...] les beautés orientales manquent à l'appel [...] est-ce dû au fait que ces filles refuseraient elles-mêmes de s'exposer par respect pour la religion musulmane (sic) et son tabou, la nudité ? Ou bien parce-que les professionnels de la mode sont trop frileux ? ». Comme le rappelle le média en ligne, excepté la française d'origine algérienne Farida Khelfa et, plus récemment, la tunisienne Hasnaa Ben Adelsslem - sans oublier la Marocaine Hind Sahli, égérie Estée Lauder en 2013 - les mannequins arabes ne courent pas les catwalks. Pas de « tabou » en revanche pour la Maroco-egyptienne lorsqu'ils s'agit de religion. Entre cliché en maillot de bain pour Victoria's secret et ses photos de famille, la jeune hollandaise n'hésite pas à poster des messages religieux sur les réseaux sociaux.

Crédit : Imaan Hammam / Instagram

Crédit : Imaan Hammam / Instagram

Si la question se pose concernant la frilosité des « professionnels de la mode », Imaan Hammam semble, quant à elle, les avoir convaincus. Les articles des médias spécialisés à son propos se multiplient. Mention spéciale à la version en ligne de Vogue qui ne tarit pas d'éloge sur sa coupe afro, pour laquelle elle crédite sa mère : « Vers l'âge de 10, 11 ans, j'ai trouvé des photos de ma mère plus jeune et elle portait une afro. Je me suis dis que je pourrais le faire aussi, que je n'avais peut-être pas besoin de brosser mes cheveux. Depuis, ma mère est mon icône beauté. »,  a-t-elle confié à Glamour US. Mais place au brushing pour Imaan Hamman, dans son passage, ci-dessous, au défilé Victoria's secret (à partir de la troisième minute).

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss