Monde

Le Yémen se rapproche d'une trêve des combats

Crédit: AFP
Le Yémen se rapproche d'une trêve des combats
mai 10
10:58 2015
Partager

Un cessez-le-feu pourrait être mis en place au Yémen après que l’Arabie saoudite a proposé d’arrêter ses bombardements. L’offre a été bien accueillie par les rebelles Houthis.

La perspective d'un cessez-le-feu humanitaire prenait corps dimanche au Yémen après des réactions plutôt positives des rebelles Houthis et de leurs alliés à une offre de l'Arabie saoudite de stopper sa campagne de frappes pour plusieurs jours. Le bureau politique des rebelles chiites a indiqué « être prêt à réagir positivement à tout effort, appel ou mesure qui aiderait à mettre fin aux souffrances » de la population yéménite, selon une déclaration lue sur leur chaîne de télévision, al-Massirah.

Des militaires alliés aux Houthis ont quant à eux accepté le cessez-le-feu humanitaire, après six semaines de raids aériens quotidiens de la coalition saoudienne destinés à empêcher les rebelles de conquérir l'ensemble du Yémen. « Nous annonçons que nous acceptons la trêve humanitaire », a déclaré le colonel Sharaf Luqman, porte-parole des militaires déserteurs qui ont aidé les rebelles à s'emparer d'une bonne partie du pays. Il a déclaré espérer que cette trêve allait « mettre fin au blocus tyrannique et permettre l'arrivée de navires de commerce dans les ports yéménites et l'entrée d'aide humanitaire ». 

Les rebelles chiites soutenus par l'Iran sont la cible d'un embargo sur les armes imposé par l'ONU, qui exige un contrôle strict de tous les cargos, entravant les livraisons de fuel et d'aide humanitaire. Ryad a proposé vendredi un cessez-le-feu destiné à soulager la population prise au piège des combats, et prenant effet mardi soir pour cinq jours renouvelables, à condition que les rebelles s'engagent à le respecter.

Des militaires alliés de la rébellion Houthie ont accepté cette offre quelques heures après qu'un raid de la coalition arabe a frappé la résidence de leur homme fort, l'ex-président Ali Abdallah Saleh. L'ancien président, à la tête du Yémen pendant plus de trois décennies avant d'être chassé du pouvoir par un soulèvement populaire début 2012, ne semble pas avoir été chez lui au moment des frappes. L'appui des militaires partisans de M. Saleh a permis aux Houthis, venus du nord du pays, de prendre le contrôle de la capitale Sanaa en janvier, poussant à l'exil le président Abd Rabbo Mannsour Hadi le 26 mars.

Le parti de M. Saleh, le Congrès populaire général (CPG), avait salué quelques heures plus tôt l'offre de trêve, exprimant l'espoir que cela réduirait « l'impact » de l'offensive de la coalition arabe « qui a fait subir à la population yéménite des souffrances sans précédent et un blocus inédit ».

Fief rebelle visé 

La coalition a bombardé le fief des insurgés à Saada (nord) après avoir appelé les civils à quitter la ville, qu'elle considère désormais comme une cible militaire. Des centaines de personnes ont fui cette cité située à une cinquantaine de km de la frontière de l'Arabie saoudite, selon des témoins.

La coalition a indiqué samedi avoir ciblé les maisons de plusieurs chefs Houthis, ainsi que des dépôts d'armes, selon l'agence officielle saoudienne SPA. Des agences humanitaires ont prévenu que de nombreux civils n'auraient pas le temps de fuir Saada à temps et exhorté la coalition à temporiser. Les avions de la coalition ont également bombardé samedi le principal aéroport de la capitale Sanaa, aux mains des rebelles.

L'ONU et des organisations humanitaires ont maintes fois critiqué les multiples frappes de la coalition contre l'aéroport, une voie « vitale » selon elles pour transporter les secours dans un pays en proie à toutes sortes de pénuries -nourriture, carburant, médicaments.

Les combats, ainsi que le blocus aérien et maritime de la coalition, ont rendu la situation humanitaire alarmante au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique. L'Unicef a prévenu que si les restrictions aux importations continuaient, "elles feront plus de morts que les balles et les bombes dans les prochains mois".

Plus de 1.400 personnes ont été tuées dans le conflit, selon l'ONU.

Les Houtis comme leurs alliés ont remercié sans les citer des pays « amis » pour leurs efforts de médiation en vue d'une trêve. Vendredi, le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait « encouragé » l'Iran et la Russie, « pays qui ont le plus d'influence » sur les rebelles à les « pousser » à accepter une trêve.

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss