Maroc

L’ONU alerte le Maroc sur le poids inquiétant de l’enseignement privé

Les enseignants marocains devraient se consacrer au développement de l'enseignement public selon l'ONU. Crédit : AFP
L’ONU alerte le Maroc sur le poids inquiétant de l’enseignement privé
septembre 25
07:23 2014
Partager

L’ONU a averti le Maroc au sujet de l’évolution que connaît le secteur de l’enseignement, où le secteur privé commence à avoir une place dominante.

Depuis l’introduction de la charte de l’éducation en 2000, le nombre d’élèves inscrits dans les écoles privées a drastiquement augmenté. Cette année-là, seulement 4 % des élèves des établissements primaires au Maroc étaient inscrits dans une institution privée. En 2013, ce taux était de 14 %. Au vu de l’évolution actuelle, 97 % des élèves du cycle primaire devraient être inscrits dans des établissements privés à l’horizon 2038. Ces statistiques, issues d’une étude réalisée par l’association The Global Initiative ESCR, ont été présentées le 24 septembre à Rabat.

[infogram data_id= »https://infogr.am/pourcentage-dinscriptions-dans-les-ecoles-privees?src=web »]

Cette situation alarmante a fait réagir le Comité des droits de l’enfant (CDE) de l’ONU qui a interpellé le gouvernement marocain dans des recommandations qui lui ont été adressées le 24 septembre. Le CDE a fait part de son inquiétude au sujet du « manque de supervision nécessaire concernant les conditions d’inscription et la qualité de l’enseignement dispensé ». L’ONU a également recommandé au Maroc d’évaluer et de traiter « les conséquences du développement rapide de l’enseignement privé ». Enfin, le comité onusien suggère que « les enseignants du secteur public contribuent à l’amélioration de l’éducation […] plutôt que d’être utilisés par le secteur privé ».

Disparités

Des disparités sont à relever lorsqu’on se penche sur le niveau d’apprentissage des enfants dans les écoles. Selon l’étude de The Global initiative ESCR, seulement 31 % des enfants parmi les groupes les plus défavorisés (les ménages démunis en zone rurales) ont atteint un standard minimum de lecture en 2011. Dans les villes, 84 % des élèves les plus favorisés (ménages riches) ont atteint « un niveau international de lecture » la même année. Pour l’auteur de ce rapport, le chercheur Sylvain Aubry, cette statistique illustre « l’enseignement à deux vitesses » qui existe au Maroc.

[infogram data_id= »https://infogr.am/repartition-des-ecoles-privees-au-maroc?src=web »]

Autre constat établi par le rapport, la disparité existante au niveau de la répartition géographique des établissements d’enseignement privé. La majorité de ces établissements, 80 %, sont situés entre Kenitra et Casablanca. A noter que dans la région du Grand Casablanca, la majorité des écoles primaires sont privées (53 %). A titre d’exemple, des quartiers comme Anfa sont essentiellement composés d’écoles privées (71 %).

Une éducation privée qui phagocyte le secteur public

Autre problème relevé par le rapport : la domination du secteur privé en termes de nouvelles inscriptions. Entre 2000 et 2012, 99 % des nouveaux inscrits dans les écoles primaires se sont dirigées vers les institutions privées. Pour Sylvain Aubry, ce choix révèle l’opinion de la population marocaine concernant l’éducation publique, qui est jugée comme « dangereuse » et où il « n’existe pas de suivi ».

En réaction à ce rapport et aux recommandations de l’ONU, Khadija Yamllahi, la membre de la Coalition marocaine pour l’éducation pour tous, a fait part de sa crainte que le Maroc n’évolue « rapidement vers un modèle où l’éducation est régulée par le marché, à la façon du Chili (où une partie de l’éducation a été privatisée, ndlr) ». A noter que lors de son intervention devant le CDE, le 3 septembre, la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui, avait fait part de sa volonté de « promouvoir une compétition libre entre les écoles ».

Tags
Partager

Lire aussi

  • aziz rbendez USA

    c’est du n’importe quoi!!
    qui a fait ces calculs? 97% a l’horizon 2038 ceci veut dire que les pauvres vont disparaitre ou quoi!! oulla tout le monde va habiter dans l’axe Casa Kenitra? hadi chi cheria pour les gens qui ont des ecoles privees!! ghir tchalhibe!!
    en plus l’ONU au lieu bache ijiwe i7allou femehoum qu’ils nous aident d’abord a developper l’ecole public!!
    7tta haja ma tateferra7e!!! TFOUU!!!

    • moijepense

      Tu as raison Aziz, aucune preuve n’est avancée.
      De toute manière le niveau journalistique du Maroc est à la hauteur de son système d’éducation: ça se saurait si le journalisme au Maroc était de qualité.

      • lefoudoudou

        Vous êtes des champions les gars, il s’agit d’un rapport publié par un institut qui relève directement de l’ONU qui nous met en garde contre un phénomène préocuppant et vous parlez de preuves et de « cheria pour les gens qui ont des écoles privées », hhhhhhh toooz 3likom.

  • salma

    La question qu’il faut évoquer maintenant n’est pas pourquoi ce penchant vers l’école privée mais pourquoi cet répugnance envers les instituts publics. ceci dit le vrai enjeu est de revoir le système éducatif et gestionnaire de l’école public!

    • naceur

      santé et education en faillite.
      ils n ont rien à cirer du public. leurs enfants étudies ailleurs qu au maroc. donc, pas concerné.
      il aurait mieux valut engloutir les milliards du tgv dans la santé et l education.
      des milliers d heureux pour quelques satisfaient du tgv.
      quel est donc l avenir du maroc sans investire dans notre jeunesse.

  • Ilyass

    Depuis que Benchemsi est parti vos articles deviennent de plus en plus intéressant !