Toumi/Telquel

Le pari fou de la RAM

La RAM affiche une stratégie ambitieuse : doubler sa flotte, devenir 
le premier transporteur africain, faire de Casablanca un hub mondial. Cette orientation est-elle pertinente et compatible avec la stratégie aérienne et touristique du Maroc ? Décryptage.

Par

La RAM affiche une stratégie ambitieuse : doubler sa flotte, devenir 
le premier transporteur africain, faire de Casablanca un hub mondial. Cette orientation est-elle pertinente et compatible avec la stratégie aérienne et touristique du Maroc ? Décryptage.

Dans l’aérien, c’est un peu comme pour le foot, tous les Marocains sont sélectionneurs. Tout le monde a des idées de comptoir et des vérités établies sans connaître bien les dossiers”, constate un fin connaisseur du secteur. Il est vrai que la nouvelle stratégie de la RAM, annoncée début janvier 2018, fait couler beaucoup d’encre et de salive. Faut-il parier sur l’Afrique, développer les longs courriers, miser sur le hub de Casablanca ou bien étoffer les lignes touristiques ? Si chacun y va de son commentaire, c’est peut-être parce que le directeur général de la RAM, Abdelhamid Addou, malgré ses nombreuses sorties médiatiques affirmant qu’une “impulsion historique” va être donnée à la compagnie, n’a pas totalement levé le mystère sur ses intentions. Il assure que “l’axe global de cette stratégie est fin prêt”, mais “certains aspects pratiques et opérationnels de la vision” restent à finaliser….

article suivant

Le HCP bientôt englouti par l’Agence nationale de la statistique ?