Les États-Unis plus populaires que la Chine auprès des Marocains, selon une étude

Parmi neuf pays de la région MENA (Middle East North Africa), le Maroc a l’opinion la plus élevée des États-Unis (69 %) et de la Chine (64 %), selon un sondage mené par Arab Barometer, un réseau de recherche basé à l’université de Princeton, et obtenu exclusivement à l’avance par le magazine Newsweek.

Par

Le président américain Joe Biden rencontre le président chinois Xi Jinping lors d'un sommet virtuel depuis la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington, DC, le 15 novembre 2021. Crédit: Mandel Ngan/AFP

L’enquête menée sur la base de près de 23.000 entretiens dans neuf pays au Moyen-Orient et en Afrique du Nord entre octobre 2021 et avril 2022 révèle que la Chine devance les États-Unis en termes de popularité parmi les habitants d’au moins sept pays arabes, rapporte Newsweek.

Le Maroc, qui a les opinions les plus élevées des deux pays, fait figure d’exception avec une opinion légèrement plus élevée des États-Unis (69 %) que de la Chine (64 %).

Les résultats du sondage ont montré que les pays de la région MENA ayant une perception positive des États-Unis sont minoritaires. Si en Jordanie, les deux pays sont à égalité (51 % chacun), au Liban la Chine (51 %) a neuf points d’avance sur les États-Unis (42 %).

à lire aussi

Des différences à deux chiffres ont même été enregistrées entre les deux pays. En Libye, un peu moins de la moitié de la population a une opinion favorable de la Chine (49 %) et encore moins ont une opinion favorable des États-Unis (37 %). En Tunisie, la Chine (50 %) obtient l’adhésion de la moitié de la population tandis que les États-Unis obtiennent seulement 33 % d’entre elle.

Les Palestiniens restent la population qui a les opinions les plus basses des deux pays, bien que la Chine, avec 34 %, ait devancé de dix-neuf points les États-Unis, qui n’ont obtenu que 15 %.

“La Chine a récemment refait surface en tant que puissance dans la région MENA”, a expliqué Michael Robbins, directeur et co-chercheur principal d’Arab Barometer, à NewsWeek. “La Chine est intervenue avec un certain nombre d’avantages, avec peu d’enchevêtrements régionaux et un désir déclaré de rester apolitique. Grâce à son initiative ‘la ceinture et la route’, elle a augmenté les niveaux d’engagement économique dans la région”, a-t-il ajouté.

“Compte tenu de l’ingérence directe de nombreuses autres puissances, sa position politique plus neutre peut avoir semblé rafraîchissante à de nombreux citoyens de la région”, a-t-il estimé.