Etat d’urgence sanitaire : les autorités veillent

Etat d’urgence sanitaire : les autorités veillent

  • Voir le diaporama

    Un employé du ministère de la Santé désinfecte une rue de Rabat, le 22 mars 2020. Fadel Senna/AFP

  • Voir le diaporama

    Un agent du ministère de la Santé publique désinfecte un homme promenant son chien dans la capitale, le 22 mars 2020. Fadel Senna/AFP

  • Voir le diaporama

    Rabat, le 22 mars 2020. Des policiers ordonnent à un homme de rentrer chez lui. L'état d'urgence sanitaire est entré en vigueur le 20 mars. Fadel Senna/AFP

  • Voir le diaporama

    Les voitures et sportifs de la corniche de Casablanca ont cédé leur place aux chars qui patrouillent pour rappeler à l'ordre les imprudents qui ne se plient pas aux règles de confinement.

  • Voir le diaporama

    Un sans-abri dort devant la porte d'un garage, non loin d'un agent de la santé publique qui procède à la désinfection des murs dans l'ancienne ville de Rabat, le 22 mars 2020. Fadel Senna/AFP

  • Voir le diaporama

    Des agents de police immobilisent, le 21 mars à Casablanca, un individu qui refuse de se plier aux règles de confinement pour faire face à la propagation du Covid-19. Abdelmjid Rizkou/AFP

  • Voir le diaporama

    Deux personnes marchent le 23 mars devant l'hôtel Hyatt Regency à Casablanca qui affiche, à sa manière, son soutien par rapport à la crise que traverse le Maroc à cause du coronavirus. Yassine Toumi/TelQuel

  • Voir le diaporama

    Certains habitants de Salé, ignorant les instructions de l'urgence sanitaire, continuent de circuler dans les rues et ne respectent visiblement pas la distance de sécurité pour limiter tout risque de contamination. Rachid Tniouni/TelQuel

  • Voir le diaporama

    Une dame presse le pas au passage d'un char à Casablanca. Si la plupart des citoyens respectent les consignes de l'urgence sanitaire décrétée par le Maroc, certains continuent à s'aventurer hors de chez eux. Fadel Senna/AFP

  • Voir le diaporama

    Un agent des autorités locales marche devant des patrouilleurs militaires dans une rue à Rabat, ordonnant aux gens de rester chez eux. Fadel Senna/AFP