Best-of d'un Jazzablanca dont on se souviendra - Telquel.ma

Best-of d'un Jazzablanca dont on se souviendra

Best-of d'un Jazzablanca dont on se souviendra

Belle et éclectique, la 14e édition du festival Jazzablanca a tenu ses promesses avec du rock indie, du jazz groovy, des rythmes gnaoua ou encore Calypso…

  • Voir le diaporama

    En ouverture du festival, les Écossais de Franz Ferdinand ont mis sens dessus dessous la scène d’Anfa. Définitivement le meilleur concert de cette édition. © Yassine Toumi

  • Voir le diaporama

    Le jour même, le trompettiste italien Paolo Fresu et sa formation ont répandu des notes jazzy sur la scène du Village. © Yassine Toumi.

  • Voir le diaporama

    Sublime et généreuse à près de 80 ans, la queen Calypso Rose a chanté, dansé et même twerké pour le plus grand bonheur du public. © Yassine Toumi.

  • Voir le diaporama

    Le bluesman Don Bryant a littéralement mis le feu sur la scène du Village. Pieds nus, l’esprit emporté par la musique, le public du Jazzablanca, d’habitude bien guindé, s’est, une fois n’est pas coutume, lâché ! © Yassine Toumi

  • Voir le diaporama

    Les ovnis du groupe britannique Metronomy ont livré une performance envoutante, idéale après une dure semaine de labeur... et la défaite des Lions au Caire. © Yassine Toumi

  • Voir le diaporama

    Le leitmotiv de la performance de Maceo Parker, légende vivante du jazz : “it’s all about love”. De l’amour, il en a donné à volonté sur la scène d’Anfa. Le jazzman le plus funky de sa génération a aussi rendu un bel hommage à des pontes de la musique : James Brown, Prince, Marvin Gay, Ray Charles et même Jamie Foxx (qui a incarné le personnage de Ray Charles au cinéma). Mention spéciale au musicien marocain Mehdi Maouche qui a remplacé à la dernière minute le bassiste de Maceo Parker. Ce dernier n’a pas pu se rendre à Casablanca à cause d’un problème d’avion. © Yassine Toumi

  • Voir le diaporama

    Pour finir en beauté, Jazzablanca a convié Al Mackay’s, ancien du groupe mythique Earth, Wind and Fire, pour un revival de l’âge d’or du groupe des 70’s. © Yassine Toumi.

  • Voir le diaporama

    Le prometteur mâalem gnaoua Mehdi Nassouli, et un des membres de l’orchestre de cuivres Hypnotic Brass Ensemble. Une belle manière de clôturer l’édition 2019 du Jazzablanca. © Yassine Toumi.

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.