Oualid Kebir : “L’Algérie a d’ores et déjà hypothéqué ses chances d’organiser la CAN 2025”

Smyet bak ?

Yahya, paix à son âme.

Smyet mok ?

Khadija.

Nimirou d’la carte ?

Plutôt celui du passeport, 8117551.

Le discours belliqueux de Mandla Mandela à l’ouverture du CHAN en Algérie a décuplé l’animosité entre Alger et Rabat. L’auriez-vous prédit ?

Et comment ! On s’attendait à ce que Mandla Mandela appelle à la “libération” du Sahara occidental, non pas par conviction mais par intérêt. J’ai déclaré juste après son discours que c’était un appel au terrorisme contre le Maroc.

On raconte que l’intéressé a fait de la dépouille de son grand-père Nelson Mandela un fonds de commerce extrêmement juteux. Vous confirmez ?

Il exploite l’aura historique de son grand-père qui a lutté contre l’apartheid. Il aurait pu poursuivre sa lutte, vu la tragique réalité des Sud-Africains. Ce qui s’est passé dans les années 1990 n’était qu’un simulacre de passation de pouvoir politique, tandis que sur le plan économique, les blancs sont toujours aussi prédominants. La faute ne lui en revient pas, mais au régime qui a exploité le symbolisme…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés