[FIFM 2022] Faouzi Bensaïdi : “L’actualité politique est éphémère, l’art reste intemporel”

Projeté, le 13 novembre, dans la section “Panorama du cinéma marocain” lors du Festival international du film de Marrakech (FIFM), le dernier long métrage de Faouzi Bensaïdi, “Jours d'été” revisite “La Cerisaie”, célèbre pièce de théâtre du dramaturge russe Anton Tchekhov, dans un huis clos tangérois mêlant drame et comédie. Bensaïdi révèle à TelQuel le secret de ce choix, entre autres...

Par

Faouzi Bensaïdi au Festival international du film de Marrakech (FIFM). Crédit: Yassine Toumi / TelQuel Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

TelQuel : Comment s’est déroulé le processus de création de “Jours d’été” ?

Faouzi Bensaïdi : Moi qui aime énormément filmer les grands espaces et la nature, je voulais relever le défi de tourner un film totalement en intérieur. Je suis allé presque contre moi-même pour ce film, contre ce que j’aime. Comment arriver à filmer uniquement à l’intérieur d’une maison, à créer un monde, une atmosphère, une rythmique à l’intérieur d’un espace fermé ? C’est un challenge qui m’a aussi poussé à me renouveler, à sortir de ma zone de confort.

Et puis j’avais fait dix années de théâtre et j’aime beaucoup Anton Tchekhov. « La Cerisaie » est l’une des plus belles pièces de théâtre au monde. J’ai toujours eu envie de l’adapter…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés