Eric Asmar : “Le crowdfunding, c’est un retour sur investissement accessible à tous”

Après l’adoption d’une première loi en 2020 et une publication des premières circulaires par Bank Al-Maghrib au premier semestre 2022, les acteurs du secteur s’attendent à l'adoption des derniers textes d’application dans les prochains mois. Une révolution est en marche, assure Eric Asmar, le PDG du laboratoire d’innovation et d’économie collaborative Happy Smala, interviewé dans Le Scan, le podcast actu de TelQuel.

Par

TOUMI/TELQUEL

Que représente le crowdfunding au Maroc ?

Le crowdfunding, c’est aujourd’hui 2 millions de dirhams par an. D’après notre dernier baromètre du crowdfunding marocain (publié par Happy Smala en partenariat avec l’ESSEC Afrique et l’In-LAB Africa), 3,7 millions de dirhams ont été investis dans 171 projets entre 2019 et 2021. C’est presque le double comparé à notre précédente étude, qui avait comptabilisé 2 millions de dirhams.

Quelle est la typologie des porteurs de projets ?

Pour l’instant, la majorité des porteurs sont des particuliers. Ils sont plus de 60%. Les associations représentent la deuxième catégorie de porteurs de projets, à hauteur de 27%. Les entreprises représentent aujourd’hui 10% des projets…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés