Chafik Chraïbi : “Qu’attend le gouvernement pour dépénaliser l’avortement ?”

Le drame vécu par Meriem, 14 ans, décédée dans la nuit du 6 au 7 septembre suite à un avortement clandestin à Boumia, près de Midelt, est “la goutte qui doit faire déborder ce vase qui ne veut toujours pas déborder”, explique au micro du Scan le Pr Chafik Chraïbi. Un débat de plus, ou un vrai pas vers la dépénalisation de l’avortement ?

Par et

DR

Le drame de Meriem est-il le drame de trop ?

Pr Chafik ChraïbiCrédit: DR
Chafik Chraïbi : Oui, c’est en quelque sorte la goutte qui doit faire déborder ce vase qui ne veut toujours pas déborder. Nous militons en effet depuis des années pour donner la possibilité d’avorter à des personnes qui ont vécu des histoires aussi dramatiques que la petite Meriem, qui a été violée, donnée en pâture à des charlatans, à des personnes inaptes à pratiquer un avortement dans les règles de l’art, ce qui a abouti à une hémorragie terrible qui a fini malheureusement par causer sa mort.

À quand une loi pour dépénaliser l’avortement au…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés