“Tu ne feras aucune opération tant que je suis en vie” : une chirurgienne à la barre

TelQuel retrace le parcours judiciaire d’une chirurgienne qui a décidé de s’en remettre à la justice dans un conflit l’opposant à son chef de service. Une première qui renseigne sur la difficulté des médecins à dénoncer leur hiérarchie quand elle bloque leur carrière.

Par et

“Il y a encore des chefs de service qui disent aux femmes médecins ‘ta place est au foyer’”, raconte une neurochirurgienne. Crédit: TOUMI/TELQUEL

C’est une première au Maroc. Ma cliente a eu le courage de dénoncer devant la justice les abus de son supérieur hiérarchique à l’hôpital”, déclare Me Fatiha Chtatou, malgré le fait que sa cliente, chirurgienne cardiaque au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina de Rabat, vienne de perdre son procès en appel contre son chef de service. Farah* a intégré le CHU de la capitale en 2001. Elle a choisi de se spécialiser en chirurgie cardiaque, une discipline parmi les plus délicates de la profession. Son quotidien devait consister, en principe, à opérer à cœur ouvert des patients dont le destin tangue entre la vie et la mort.

“Nous ferons tomber le tabou des blocages des chirurgiennes dans le public comme nous avons fait tomber le tabou du harcèlement sexuel à l’université !”

Me Fatiha Chtatou
En 2007,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés