Mustapha Labraimi : “La pollution de l’oued Oum Er Rbia est une catastrophe écologique nationale sur laquelle on ne peut pas se taire”

Né à Azemmour, c’est dans l’estuaire de l’Oum Er Rbia que le professeur Mustapha Labraimi a appris à nager. Aujourd’hui vice-président de l’Association marocaine pour la protection du littoral et le développement durable, cet ancien océanologue porte à cette embouchure un intérêt scientifique, mais aussi affectif.

Par

Les eaux usées, c'est l'autre drame de l'Oum Er Rbia. La principale canalisation d'Azemmour se jette directement et en continu dans le fleuve. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

TelQuel : Quel est votre diagnostic sur l’estuaire de l’Oum Er Rbia ?

C’est une catastrophe écologique nationale sur laquelle on ne peut pas se taire. Elle a été causée par l’exploitation du sable dans l’embouchure. À ce niveau, la morphologie littorale comprend la forêt et la plage de Haouzia.

Mustapha Labraimi.Crédit: DR
Normalement, cette morphologie, avec la houle de l’océan Atlantique, détermine toute une série de mouvements et de courants qui vont influer sur les dépôts de sédiments, notamment le sable et les galets. Mais l’exploitation du site, de 2007 à 2017, par la société exploitante Drapor a tout perturbé. Le cahier des charges…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés