Centrale Danone, les dessous d'un naufrage

En moins de dix ans, l’ex-filiale de la holding royale est passée d’un joyau valant en Bourse près de 14 milliards de dirhams à une entreprise valorisée à 5,2 milliards et contrainte de radier son titre de la Bourse de Casablanca. Une Offre publique de retrait (OPR) qui sonne comme le chapitre final d’un parcours marqué par un déficit de gouvernance où flottements stratégiques, loupés opérationnels et externalités négatives se sont conjugués dans une spirale sans fin.

Par

Les analystes s’y attendaient, mais il fallait le voir couché noir sur blanc pour le croire : Centrale Danone se retire de la Bourse de Casablanca. L’opération de retrait, décidée par le conseil d’administration du groupe en décembre 2021, a eu l’effet d’un coup de massue.

“Des PME font mieux que ça !”

Autrefois valeur phare de la cote, le cours de Centrale Danone, devenu illiquide, est tombé plus bas que ne l’aurait envisagé le plus irréductible des pessimistes : à peine 547 dirhams l’action et un montant de 88.000 dirhams de volume d’échanges sur une année complète. “Des PME font mieux…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés