Abdellatif Ouahbi : “En justice, il n'y a pas de place pour l'ingérence dans la vie privée d'un individu”

Dans cet entretien exclusif accordé à TelQuel, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, détaille les grandes lignes du Code pénal, s’explique sur l’incrimination de l’enrichissement illicite des élus et prend la défense du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Par et

Devenu ministre, Abdellatif Ouahbi n’a rien perdu de sa verve maîtrisée sur les bancs de l’opposition. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Le 24 mai, vous avez assisté à une réunion du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, consacré notamment à l’administration judiciaire. Où en est le chantier de la réforme de la justice ?

L’avant-projet du Code de procédure civile et le projet de Code de procédure pénale sont désormais entre les mains du Secrétariat général du gouvernement (SGG). Au parlement, nous avons adopté le projet de loi sur l’arbitrage et la médiation conventionnelle. Le projet de loi organique sur l’organisation judiciaire revient à la Chambre des représentants pour une quatrième lecture, tandis que celui sur l’exception d’inconstitutionnalité est actuellement à la Chambre des conseillers. Entre-temps, nous avons présenté un décret, adopté ensuite par le Conseil de gouvernement, relatif à la définition des régimes alimentaires des personnes et des mineurs en garde à vue, ainsi que l’organisation du service des repas. Nous avons également terminé…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés