Nabyl Lakhdar, DG des douanes : “La contrebande telle qu’elle était vécue il y a quelques années est une époque révolue”

Si certains travailleurs et commerçants espèrent reprendre le trafic de marchandises entre les enclaves espagnoles et le Maroc, le directeur général de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII), Nabyl Lakhdar, l’affirme clairement : la contrebande, c’est fini. Quelles alternatives pour ces travailleurs ?

Par

Interrogé sur le sort des transporteurs qui vivaient du trafic de contrebande, le DG de l’ADII, Nabyl Lakhdar, assure que sa volonté “est d’aider les Marocains à trouver des emplois loin d’une activité illicite”. Crédit: TOUMI/TELQUEL

Depuis la suspension du trafic de contrebande par les passages de Tarajal et de Beni Ensar, liant respectivement Sebta et Melilia au Maroc, quelque 9000 Marocains dépendant de cette activité ont perdu leur gagne-pain. Les autorités avaient alors promis des “solutions alternatives” pour ces travailleurs transfrontaliers, les “femmes-mulets” en particulier. Interrogé par TelQuel, le directeur général de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII), Nabyl Lakhdar, fait le point sur la situation aux postes-frontières et sur l’avancement de la mise en œuvre de ces alternatives.

TelQuel : Le Maroc maintient-il sa tolérance zéro face à la contrebande en provenance des deux enclaves ?

Nabyl Lakhdar : AAbsolument. Pour être clair, la contrebande telle qu’elle était vécue il y a quelques années est une époque révolue. La contrebande, au-delà de tout ce qu’on peut dire, est d’abord quelque chose d’illégal….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés