Maryam Touzani, la réalisatrice qui écrit en images

Deuxième long-métrage, deuxième sélection à Cannes. Si beaucoup ne la connaissent que comme “la femme de” Nabil Ayouch, la projection du “Le Bleu du Caftan” à la 75e édition du festival est l’occasion de revenir sur le parcours d’une réalisatrice talentueuse, amoureuse des mots et de l’écriture.

Par

Pour Razzia de Nabil Ayouch, Maryam Touzani cosigne le scénario et finit par incarner Salima, un personnage qu’elle a elle-même écrit. Moroccan director Maryam Touzani attends a phot Crédit: CHRISTOPHE SIMON / AFP

C’est une belle année pour être à Cannes”, sourit Maryam Touzani. En ce mois de mai, le festival fête ses trois quarts de siècle. Un anniversaire important, célébré entre autres au Grand Théâtre Lumière le 24 mai, lors d’une cérémonie restreinte qui a compté une petite trentaine d’invités. Parmi eux, les réalisateurs Asghar Farhadi, Julia Ducournau, Guillermo Del Toro, et des acteurs tels que Jean Dujardin, Kristen Stewart ou encore Jake Gyllenhaal. Bref, la crème de la crème cannoise, qui a également compté Maryam Touzani et son époux Nabil Ayouch, uniques Marocains conviés à cette prestigieuse cérémonie. Une invitation qui en dit long sur le chemin parcouru par ces deux acteurs essentiels du cinéma national, et qui coïncide avec la sélection du deuxième long-métrage de la réalisatrice, Le Bleu du Caftan, dans la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés