Abdeslam Seddiki : “En politique comme en orthopédie, les grosses fractures ne se réduisent pas toutes seules”

Ancien ministre PPS de l’Emploi sous Abdelilah Benkirane, l’économiste Abdeslam Seddiki revient, pour TelQuel, sur les résultats du dialogue social ayant réuni gouvernement, syndicats et patronat.

Par

Abdeslam Seddiki est économiste, affilié au Parti du progrès et du socialisme (PPS), ancien ministre de l'Emploi et des Affaires sociales. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

TelQuel : Globalement, que pensez-vous des accords conclus le 30 avril suite au dialogue social entre le gouvernement, les syndicats et le patronat ? Les travailleurs dans les secteurs public et privé peuvent-ils s’en féliciter ?

C’est toujours utile de conclure des accords tripartites. C’est même la raison d’être des partenaires sociaux : les luttes sociales n’auraient aucun impact si elles ne débouchaient pas sur des résultats concrets. Cette remarque est d’autant plus valable que le pays connaît, comme chacun le sait, un climat tendu en raison d’une série de facteurs qui lui ont rendu la vie difficile : la crise sanitaire avec ses implications sociales et économiques (taux de croissance de -6,2 % en 2020, extension du chômage et de la précarité) ; une campagne agricole 2021-2022 très en deçà de la moyenne ; et la guerre en Ukraine qui a perturbé les chaînes de valeur mondiales et entraîné une augmentation vertigineuse des prix des matières premières et des…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés