Driss El Yazami : “Cette idée qu’en étudiant notre passé, on trouverait des éléments pour faire du Maroc un pays pour tous”

Le président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) est un ardent défenseur de la création d’une Maison de l’histoire du Maroc. Il revient sur les raisons qui expliquent la quête de mémoire des Marocains.

Par

YASSINE TOUMI/TELQUEL

Vous avez souligné que les travaux de l’IER ont contribué à l’engouement des Marocains pour leur histoire contemporaine… Comment ?

Avant l’IER, des livres relevant de la littérature carcérale et des films ont traité de ce qu’il est convenu d’appeler les années de plomb. Des hommes politiques ont publié leurs mémoires tandis que de nombreux articles de presse ont traité des violations des droits de l’homme. En acceptant que ces écrits soient publiés et que ces films soient projetés, l’État a montré qu’il acceptait que l’on parle de cette période. Cela a accéléré et légitimé une demande d’histoire et donné la possibilité à des gens qui avaient peur de parler et de raconter. L’IER a stimulé cette aspiration à repousser les limites de ce qu’on appelait les lignes rouges. C’est ce qu’a fait aussi la presse, qui pouvait désormais aborder des sujets interdits jusque-là. Cela…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés