Rapprochement Maroc - Espagne : à Madrid, beaucoup de grogne et peu de compréhension

En Espagne, la classe politique a rejeté en bloc le revirement de position adopté par le gouvernement Pedro Sánchez sur le Sahara. Présentée par l’Exécutif espagnol comme étant une partie d’un deal 
avec le Maroc, cette nouvelle position n’est en fait que la concrétisation d’un état de fait en vigueur depuis plus d’une décennie.

Par

C’est “un changement drastique dans la politique étrangère, il est imprudent s’il se fait sans soutien”, a estimé le candidat à la présidence du Parti populaire, Alberto Núñez Feijóo. Crédit: MIGUEL RIOPA / AFP

De l’autre côté du détroit de Gibraltar, la décision prise par le gouvernement de Pedro Sánchez de soutenir l’initiative d’autonomie marocaine pour le Sahara a surpris, déconcerté, mais aussi… fédéré contre le gouvernement socialiste. En témoigne cette scène au sein de la commission des affaires étrangères de las Cortes, le parlement espagnol, au moment d’évoquer la future visite du chef de la diplomatie espagnole au Maroc, José Manuel Albares, visant à sceller les relations désormais cordiales entre Rabat et Madrid.

“Vous êtes seuls. Vous n’avez pas le soutien du parlement et vous n’avez même pas le soutien de vos partenaires au gouvernement”

La représentante de la Gauche républicaine de Catalogne
La représentante de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC, parti favorable à l’indépendance de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés