Une Zone militaire Est pour les Forces armées royales, pour quoi faire ?

Avec la nomination du général de division Mohammed Miqdad 
en tant que commandant de la zone Est, le Maroc acte l’opérationnalisation de la deuxième zone militaire de ses Forces armées royales. À la frontière entre le royaume et l’Algérie, sa portée stratégique dépasse de loin l’enjeu d’une querelle de voisinage.

Par

Vue de la frontière maroco-algérienne depuis la région d'Oujda. Crédit: Fadel Senna / AFP

Devant le gotha militaire et sécuritaire réuni à Errachidia, la cérémonie de prise de commandement de la zone Est avait des allures d’adoubement. Le 5 janvier dernier, le général de corps d’armée Belkhir El Farouk, inspecteur général des Forces armées royales (FAR) et commandant de la zone Sud, a officiellement installé le général de division Mohammed Miqdad dans ses nouvelles fonctions. Annoncée par la revue bimestrielle des FAR dans son édition de décembre-janvier, cette investiture “sur hautes instructions royales” acte l’opérationnalisation de la deuxième région militaire du Maroc.

Une réplique de la Zone Sud

Dans l’organisation de son espace militaire, le Maroc s’est doté dès les années 1970 d’une première zone Sud, englobant les provinces sahariennes du royaume. “Si au début, c’était un commandement opérationnel, le commandement de la zone…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés