Nizar Derdabi : pour les FAR, “le drone est l’arme de rupture par excellence dans les conflits futurs”

Avec une liste d’achats diversifiée dans la nationalité des fournisseurs, le Maroc acquiert des drones tous azimuts. Si la projection de puissance du Maroc est un raccourci d’explication, Nizar Derdabi, ancien officier supérieur de la Gendarmerie royale, décrypte ce nouvel attrait du royaume pour les appareils sans pilote.

Par

Nizar Derdabi est analyste en stratégie internationale, défense et sécurité. Crédit: DR

Pour TelQuel, l’analyste en stratégie internationale, défense et sécurité Nizar Derdabi prolonge la réflexion sur le Maroc en tant que puissance de drones.

TelQuel : Pourquoi le Maroc est une puissance en devenir dans le domaine des drones ?

Nizar Derdabi : Le Maroc n’est pas le seul pays à porter un intérêt particulier à l’acquisition de drones. On l’a remarqué d’ailleurs lors de la dernière réunion Turquie-Afrique à Istanbul, durant laquelle un grand nombre de chefs d’État africains ont manifesté leur intérêt pour les drones turcs, qui sont désormais considérés par Ankara comme un important levier d’influence. Sauf que les FAR ont depuis longtemps intégré le fait que le drone est l’arme de rupture par excellence dans les conflits futurs. Ainsi, dans la même démarche anticipative qui avait permis au Maroc de se…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés