Fatiha Saddas : “Lachgar n’arrête pas de nous dire de le laisser tranquille. C’est nous qui lui demandons de continuer”

DR

Smyet bak ?

Mohamed, paix à son âme.

Smyet mok ?

Fatna, paix à son âme.

Nimirou d’la carte ?

A129775.

Le 11e congrès de l’USFP se tiendra fin janvier prochain, en présentiel et à distance. Où en êtes-vous dans les préparatifs techniques ?

En plus du comité d’organisation du congrès, il y a un comité de logistique qui réfléchit au modèle à adopter. Dans les années 1960, Omar Benjelloun avait défini un concept organisationnel que nous n’avons eu de cesse de développer. Cela a toujours été au centre des discussions.

1000 congressistes devront s’exprimer et voter durant les 3 jours du congrès. Ne risquez-vous pas de devoir en prolonger la durée ?

Non, car les gens préfèrent désormais les réunions à distance et s’adaptent à cette nouvelle situation. C’est devenu normal dans la vie politique et syndicale, et même au sein de l’Etat. C’est le contexte qui nous l’impose. Mais si l’intensité de la pandémie s’atténue, nous pourrions envisager de tenir tout le congrès en présentiel. Cela nous éviterait de nombreux…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés