Comment l’organisation du sommet russo-arabe à Marrakech sert les intérêts du Maroc et de la Russie

Après des escales en Israël, en Palestine puis en Algérie, la tournée de Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, devrait s’achever à Marrakech pour le sommet russo-arabe mi-décembre. C’est que Moscou compte bien faire avancer son agenda diplomatique. Et Rabat ne manque pas de distiller quelques messages à ses concurrents, mais aussi — et surtout — à ses alliés.

Par

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita.

La deuxième fois aura été la bonne. Après un premier report fin octobre, le sixième Forum de coopération russo-arabe s’ouvrira le 15 décembre prochain à Marrakech en présence de Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. Dans le cadre d’une tournée qui le mènera d’abord en Israël, en Palestine puis en Algérie, le chef de la diplomatie russe devrait s’arrêter au Maroc le 14 décembre courant comme dernière étape de sa série de visites de travail au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Confirmation après report

Sur l’agenda marocain de Sergueï Lavrov, une rencontre avec son homologue marocain Nasser Bourita autour d’une commission mixte maroco-russe pour la signature d’accords bilatéraux. Les deux ministres devraient co-présider, le 15 décembre,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés