Omicron aux frontières : pourquoi (et comment) le Maroc se bunkérise

La mesure pourrait être levée le 13 décembre 2021. En attendant, face à une cinquième vague en Europe aggravée par la propagation mondiale du variant Omicron, le Maroc a décidé de fermer ses frontières aériennes et maritimes à tous les passagers étrangers. Pourquoi cette durée et comment s’y prend le royaume ?

Par

Des passagers à l'aéroport de Tanger, le 14 mars 2020. Crédit: AFP

En trois temps, le Maroc est parvenu ce lundi 29 novembre à la fermeture totale de ses frontières. La suspension à partir du 26 novembre des vols réguliers en provenance de la France, puis son décalage au 28 novembre, ont été suivis par l’interdiction d’entrée sur le territoire à tout passager en provenance d’Afrique du Sud et d’Afrique australe en raison de l’apparition d’Omicron (B.1.1.529), un nouveau variant du Covid-19. Cette dernière interdiction a ensuite été étendue à tous les pays par la fermeture des frontières aériennes et maritimes du royaume pour une durée de deux semaines.

à lire aussi

D’une pierre deux coups

Prises par le comité interministériel en charge du suivi du Covid-19, ces décisions en série visent à préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés