En appel, le procès d’Omar Radi et Imad Stitou ajourné au 9 décembre 

Le procès en appel des journalistes Omar Radi et Imad Stitou a été ajourné au 9 décembre.

Par

Les journalistes Omar Radi et Imad Stitou. Crédit: Fahd Merroun / TelQuel Arabi

Prévue ce 25 novembre à la Cour d’appel de Casablanca, la deuxième audience en appel des journalistes Omar Radi et Imad Stitou a été ajournée au 9 décembre prochain. Si le premier, condamné à six ans de prison ferme, a comparu ce jeudi devant la Cour, l’absence du second, pour des raisons professionnelles, a motivé l’ajournement de l’audience. 

Cette décision a été contestée par l’ONG Reporters sans frontières (RSF) qui a appelé à “la poursuite de la procédure, le journaliste étant représenté par son avocat”.

Pour rappel, Omar Radi a été condamné en première instance à six ans de prison pour “espionnage” et “viol”. Son ami et confrère, Imad Stitou, par ailleurs seul témoin à décharge, a été condamné à un an de prison, dont six mois en sursis.

“Omar Radi passe actuellement sa deuxième année derrière les barreaux plutôt que de faire son métier et d’enquêter sur la corruption d’État”

Eric Goldstein, HRW

Plus tôt dans la journée, une autre ONG, Human Rights Watch, critiquait un procès “inique” et “inéquitable en première instance, dont le verdict s’est basé sur “des violations de procédures, de ‘preuves’ douteuses et de raisonnements spéculatifs”.

Après des années de harcèlement policier couronnées par une parodie de procès, Omar Radi passe actuellement sa deuxième année derrière les barreaux plutôt que de faire son métier et d’enquêter sur la corruption d’État”, a déclaré Eric Goldstein, directeur par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

à lire aussi

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles