Ils ont fait la couv' de TelQuel : Noureddine Ayouch

Noureddine Ayouch, publicitaire :“Je suis fier de voir que mon pays peut toujours proposer aux Marocains un média rigoureux et juste.”

Par

Aujourd’hui, la presse traverse des moments durs, difficiles et ardus pour assurer sa survie.

La crise sanitaire liée au Covid-19 a stoppé net son élan depuis 2 ans. Les réseaux sociaux et la multiplication des sites Internet se proclamant d’informations et s’octroyant un statut de média reconnu par le ministère de la Communication, qui tarde à mettre de l’ordre dans le Code de la presse, ont également porté un coup dur à celle-ci avec une concurrence rude, souvent déloyale. Enfin, les Marocains lisent très peu, c’est la faute à un enseignement défaillant et un État irresponsable.

La presse est indispensable au développement socio-économique de notre pays. Depuis deux décennies, TelQuel a prouvé son engagement, son professionnalisme et son indépendance en offrant des sujets uniques, éclectiques et variés à ses lecteurs, dont je fais partie. TelQuel propose parmi ses nombreuses rubriques riches et variées, Qitab, qui me guide dans mes choix de romans par exemple.

à lire aussi

Je suis fier de voir que mon pays peut toujours proposer aux Marocains un média rigoureux et juste qui traite des sujets de notre société avec courage et honnêteté intellectuelle. J’invite mes compatriotes de tout âge, de toute catégorie socioprofessionnelle, de tout horizon à soutenir la presse, car elle est notre miroir, elle est notre alliée et notre boussole.

Achetez TelQuel, abonnez-vous sur Internet et offrez-le aux amis qui vous sont chers, c’est le meilleur cadeau que vous puissiez leur faire. J’ai offert il y a quelques mois une dizaine d’abonnements à des amis et des stagiaires de Shem’s. L’un d’eux m’a dit, quelques semaines après, que TelQuel l’a rendu plus riche intellectuellement et participé à son épanouissement. Quel beau témoignage.

Longue vie au magazine et à la presse dans notre pays. Joyeux anniversaire TelQuel et longue vie.

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger