Le TelQuel de Omar Balafrej : “Notre pays a besoin de subversion et de courage”

Pour Omar Balafrej, ex-député, “notre pays a besoin de subversion et de courage”.

Par

TNIOUNI/TELQUEL

La Une qui m’a le plus marqué est celle de Nichane du 15 décembre 2006. Les blagues sur “comment les Marocains rient au sujet de la religion, le sexe et la politique”. C’est à mon avis la Une la plus subversive, la plus insolente que le Maroc ait jamais vue. Elle bouleversait tous les codes avec courage. Notre pays a besoin de subversion et de courage. Il faut des journalistes et des militants capables d’aborder des sujets qui créent des ruptures.

Pour TelQuel, j’ai donné de nombreuses interviews : à propos des Technoparks que j’ai dirigés pendant 9 ans, de L’Boulevard qui a ouvert le premier centre de musiques actuelles d’Afrique dans les sous-sols du Technopark de Casablanca, puis, tout au long de mon mandat de parlementaire pour m’opposer au gouvernement et surtout proposer des alternatives pour mon pays.

TelQuel a souvent été, tout au long des 20 dernières années, le seul média crédible capable de transgression. Je dis bien crédible car votre média est capable de dire du bien de programmes gouvernementaux lorsque ceux-ci sont bons et de critiquer ouvertement sans complexes et aborder des dossiers controversés avec sérieux.

On ne peut pas construire de démocratie sans pluralité journalistique. Et je crois en la démocratie. C’est un système politique compliqué et parfois inefficace, mais c’est le seul qui puisse transformer un pays en développement en pays développé où la majorité de la population vit dignement et a de l’espoir. Bon vent TelQuel !

article suivant

Pour son premier grand oral face aux députés, Akhannouch assume des réformes “injustes” mais “essentielles”