Ils ont fait la couv' de TelQuel : Hassan Chami

Pour Hassan Chami, ex-président de la CGEM, “une ligne éditoriale qui continue à défendre les mêmes principes sans se mettre à dos le pouvoir est une meilleure révolution que de s’opposer frontalement”

Par

Ce qui est marquant quand on regarde le parcours de TelQuel c’est la continuité de la défense d’un certain nombre de valeurs, notamment la démocratie et la liberté d’expression.

Cette lutte a certes pris différentes formes mais la ligne éditoriale est restée immuable, l’ADN du journal n’a pas changé avec le temps. L’expression de la ligne éditoriale de TelQuel a des fois pris un trait virulent vis-à-vis du pouvoir mais elle est revenue aujourd’hui à une meilleure convivialité tout en maintenant les principes éditoriaux.

Et, personnellement, je trouve qu’une ligne éditoriale qui continue à défendre les mêmes principes sans se mettre à dos le pouvoir est une meilleure révolution que de s’opposer frontalement pour se retrouver obligé d’abandonner un journal et partir vivre ailleurs.

à lire aussi

On ne peut pas nier qu’au Maroc il y ait une évolution certaine sur les plans économique et social, mais cette évolution est accompagnée d’excès dans tous les sens. Avoir un journal avec une ligne de défense de la liberté de la presse, des valeurs démocratiques tout en garantissant la neutralité par rapport au courant politique qui s’exprime au Maroc est plus que jamais indispensable.

TelQuel a réussi à trouver un équilibre, sans obédience aucune et sans pour autant chercher à faire plaisir aux gens qui gouvernent. La seule chose qui compte aujourd’hui c’est la pérennité du magazine.

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger