Ils ont fait la couv' : Asma Lamrabet

Asma Lamrabet, islamologue : “Il résonne en moi comme une dynamique, qui est celle de la jeunesse du Maroc”

Par

Ma première entrevue avec TelQuel date de 2009. Je passais dans l’interrogatoire de la semaine, autour des réflexions que j’émettais sur l’islam. On avait pris ma première réflexion avec des pincettes, avec une certaine critique, mais qui a toujours été constructive.

Un peu moins de dix ans plus tard, en 2018, TelQuel m’a dédié une couverture qui défendait corps et âme mes positions. C’est un magazine qui, d’une certaine manière, m’a accompagnée.

Il résonne en moi comme une dynamique, qui est celle de la jeunesse du Maroc. TelQuel a toujours fait dans la critique et le renouveau, mais jamais dans la colère ou la haine. La subversion s’est toujours faite dans l’apaisement, alors que l’on a souvent tendance à penser que les gens à contre-courant sont violents. En cela, TelQuel est aussi un accompagnateur de la jeunesse marocaine.

C’est pour toutes ces raisons-là que TelQuel doit continuer à exister dans 20 ans. Au fil des années, la dynamique de TelQuel a reflété les mouvements de la société marocaine, ainsi que de profondes métamorphoses sociétales. Dans 20 ans, nous aurons besoin d’un média qui continue à faire ce travail. C’est aussi une action citoyenne que d’être solidaire avec des médias qui font leur travail pour la société.

à lire aussi

article suivant

Pfizer et J&J travaillent, comme Moderna, sur une version du vaccin anti-Covid contre Omicron