“The French Dispatch” : le Paris cynique de Wes Anderson

Burlesque, acerbe, salvateur, comique… avec son dernier film, le cinéaste américain Wes Anderson continue de sculpter les atours absurdes de la société contemporaine.

Par

Avec The French Dispatch, le cinéaste américain est au sommet de son art. Crédit: DR

Burlesque, acerbe, salvateur, comique… avec son dernier film, le cinéaste américain Wes Anderson continue de sculpter les atours absurdes de la société contemporaine.

En salles.
Wes Anderson a encore frappé. Même recette que pour ses précédents films : raconter le tragique de la vie à travers le prisme de l’absurde. Comme Aki Kaurismaki, Roy Andersson et Elia Suleiman, maîtres en la matière dans ce genre, Wes Anderson ne cesse de peaufiner son goût pour le burlesque, d’ajuster sa rythmique, de travailler sur des variations, de roder son système arithmétique, de pousser encore plus son théorème… Avec The French Dispatch, le cinéaste américain est au sommet de son art. À l’instar de ses œuvres précédentes, The French Dispatch est une uchronie. Le film raconte l’histoire à succès d’une revue française portant le nom éponyme donné à l’opus. Inspiré de The New Yorker, ce magazine a couvert tous les grands événements du XXe siècle. La scène d’ouverture commence par la mort de son fondateur et rédacteur en chef. Face à ce…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés