Gouvernement Akhannouch : hold-up sur la classe moyenne

Déjà meurtrie dans son pouvoir d’achat, 
la classe moyenne devra s’acquitter de taxes supplémentaires pour remplir les caisses 
de l’état. Les premières décisions du gouvernement vont dans le sens contraire d’un État social.

Par

TELQUEL

9 milliards de dirhams supplémentaires pour les secteurs de la santé et de l’éducation, 5 milliards de dirhams pour les infrastructures et 245 milliards de dirhams d’investissements publics, le Projet de Loi de Finances 2022 se veut ambitieux et audacieux et prend le pari d’accompagner le chantier de généralisation de la couverture sociale et de la mise en place du Nouveau modèle de développement. Alors que cette forte expansion budgétaire devrait renforcer davantage la demande indirecte, elle ne soutiendra pas pour autant le porte-monnaie des ménages. Si la classe moyenne est considérée comme un pilier de l’économie et de la création de richesse, l’économiste Abdelghani Youmni regrette le manque de soutien et de réponse concrète à cette catégorie sociale qui a vu son pouvoir d’achat régresser depuis le début de la crise, sous le poids de nombreux frais: dépenses d’éducation, de logement de consommation au sens large,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés