“La Révolution” : l'histoire sous l'angle fantastique

Sang bleu, zombies, cannibalisme… la série uchronique créée par Aurélien Molas nous montre la Révolution française sous un angle fantastique.

Par

Le prologue pourrait nous faire croire qu’il s’agit d’une restitution de la Révolution française. La première scène commence par un symbole fort : une décapitation. Ensuite, flashback : on se retrouve deux ans avant 1789, au commencement de l’organisation de la révolte. L’histoire est narrée par une fillette muette qui vit dans l’une des somptueuses demeures de la noblesse française. C’est à partir de ce lieu que la mythologie s’installe. Car il est bien question de fabrication de mythes dans cette œuvre de huit épisodes. Aurélien Moras et Gaia Guasti, les scénaristes de La Révolution, choisissent d’injecter la réelle énergie de la révolte du peuple français dans le corps de personnages créés de toutes pièces: Joseph Guillotin, le médecin orphelin, Elise, la comtesse espiègle, Albert Guillotin, le soldat déserteur, Oka, l’esclave ayant pris la fuite, Madeleine, la jeune enfant muette, ou encore Marianne, la cheffe balafrée d’une milice appelée La Fraternité. Ils partagent deux points communs : la jeunesse et un périple de…

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques