Officiel : le RNI, le PAM et l'Istiqlal composeront le prochain gouvernement

La conférence de presse sur l'annonce de l'architecture du prochain gouvernement a démarré ce 22 septembre à 10h40. La structure du prochain gouvernement est définie.

Par

Nizar Baraka (Istiqlal), Aziz Akhannouch (RNI), Abdellatif Ouahbi (PAM). Crédit: TelQuel

Le prochain gouvernement sera composé du Rassemblement national des indépendants (RNI), du Parti authenticité et modernité (PAM) et de l’Istiqlal. C’est ce qui ressort de la conférence de presse qui se tient ce 22 septembre dans le siège du RNI, parti en tête du gouvernement.

à lire aussi

Les trois leaders des partis, Aziz Akhannouch, Abdellatif Ouahbi et Nizar Baraka animent conjointement la conférence de presse, accompagnés par les membres de leurs bureaux politiques respectifs.

La structure définie assure ainsi au gouvernement une large majorité au sein du Parlement, avec 270 sièges sur 395.

Voici les principales déclarations des leaders des trois partis :

Aziz Akhannouch (RNI), chef du gouvernement

« Nous avons lancé les discussions avec tous les partis représentés au Parlement. La plupart d’entre ces partis étaient présents, sauf deux partis qui se sont excusés pour des raisons qui leur sont propres. »

« Les leaders des partis ont tous œuvré pour accélérer le processus de la formation du gouvernement. »

« Nous avons l’obligation de mettre en œuvre le pacte national sur le nouveau modèle de développement… mais aussi de relever tous les défis relatifs à l’impact de la pandémie sur les citoyennes et citoyens. »

« Pour un souci d’équilibre entre la majorité et l’opposition, il est nécessaire que le pouvoir ne soit pas concentré dans un seul camp, pour assurer l’efficacité du travail gouvernemental et parlementaire. »

« La logique derrière le choix de la majorité : 1/ La volonté populaire, puisque les trois partis ont été classés dans les trois premières rangs. 2/ Ce sont des partis avec qui nous partageons plusieurs points communs. 3/ Nos programmes se ressemblent et contiennent les mêmes besoins exprimés par la population. »

« Les discussions vont se poursuivre sur la composition du gouvernement que nous présenterons à Sa Majesté. Nous veillerons à proposer des noms compétents et honnêtes pour assumer les responsabilités. »

Abdellatif Ouahbi (PAM) :

« Je remercie le chef du gouvernement pour la confiance octroyée au PAM. Je le félicite également pour la confiance royale. »

« Les attentes sont élevées sur plusieurs niveaux. Nous avons l’obligation de venir avec un modèle pour les Marocains. »

« J’ai confiance dans les trois partis à pouvoir sortir avec un gouvernement responsable, compétent, qui fait face aux défis au lieu de les reporter et qui, surtout, peut créer de l’espoir chez les Marocains. »

« La réussite de la coalition au niveau territorial est une preuve de la réussite de la coopération avec de la bonne volonté. »

« Nous espérons que cette cohésion constatée au niveau territorial sera reflétée au niveau gouvernemental. »

« Nous avons eu nos différences durant les élections. C’est l’essence même de la démocratie. Aujourd’hui, nous voulons tous construire un avenir prospère pour le peuple marocain »

« Nous avons envoyé un message au monde arabe, comme quoi le Maroc règle ses problèmes d’une manière démocratique »

Nizar Baraka (Istiqlal) :

« Nous avons décidé à l’unanimité au sein de l’Istiqlal samedi dernier de faire partie du gouvernement, dans le respect de l’héritage du parti et de la confiance populaire qui lui a été octroyée. »

« L’Istiqlal s’attend à ce que cette coalition donne naissance à un gouvernement efficace, désireux de créer un changement et de couper avec les politiques du passé. »

« La coordination entre les trois partis au niveau territorial prouve que nous avons déjà commencé à travailler dans le bon sens. »

« En tant que partis, nous avons tenu à changer l’approche du passé. Nous annonçons aujourd’hui la structure du gouvernement avant de connaître la nature des postes occupés par chaque parti. Le plus important est de créer des liens de confiance et de nous mettre d’accord sur un programme commun. »

« Il est nécessaire de trouver la bonne formule pour exprimer notre intelligence collective. »

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques